Au WIS, Bérangère Couillard dessine l’économie circulaire

L’industrie textile est l’une des industries les plus polluantes au monde. “Il utilise beaucoup d’eau, mais aussi des pesticides et génère plus de gaz à effet de serre que les vols internationaux et le secteur maritime réunis.” il convoqua donc Béranger Couillard à Bordeaux. Ce qui justifie le choix du Gouvernement de mettre en œuvre dans ce secteur le principe pollueur/payeur applicable aux industries les plus polluantes, responsabilisant les producteurs. “Un milliard d’euros sur 6 ans, versé par les industriels et les distributeurs, sera dédié à une révolution du secteur”elle a annoncé.

Eco-résultat dans la préparation des vêtements

Plus précisément, à partir de 2023 “Nous allons doubler la collecte des textiles usagés pour éviter le gaspillage des ressources.” Une fois collectés, ces textiles peuvent être triés et recyclés pour re-fabriquer des fibres et de nouveaux vêtements. Une autre mesure présente dans le nouveau Une feuille de route de la filière textile pour une mode plus durable dont le secrétaire d’État a réitéré ce jeudi 1er décembre à Bordeaux : la mise en place de primes de contribution environnementale pour les produits qui utiliseront du fil recyclé. Une manière « pour inciter les industriels à produire des produits plus vertueux ».

Une autre annonce, “L’Etat financera la réparation des vêtements et des chaussures.” Des kits de réparation moins chers seront proposés à tous les Français à partir de 2023, et un fonds de financement du réemploi (100 millions d’euros, ndlr) permettra également de re-fabriquer des textiles pour leur donner une nouvelle vie à moindre coût..

Enfin, puisqu’il s’agit aussi de faire entrer le consommateur dans la danse de l’économie circulaire, l’éco-résultat, dressé en 2023, “qui donnera une information claire et simple au consommateur sur l’impact des produits sur l’environnement” il sera mis en service pour les produits textiles et alimentaires. Un type de Nutriscore, déjà connu des consommateurs, dont le but est de les inciter “favoriser l’achat de produits meilleurs pour l’environnement et plus durables”.

La chasse aux produits en plastique à usage unique continue

Aux chefs d’entreprise présents dans la salle, elle a souligné que ces transformations sont autant d’opportunités pour pouvoir « Bouger une partie de notre industrie, être innovant et créatif dans la conception des produits de demain ».

Nécessaire créativité entrepreneuriale qui ira au-delà du seul secteur textile, car Béranzhère Couillard a également annoncé que la trajectoire prise en exemple par cette industrie est la même que celle qui sera développée pour la réutilisation des produits électriques et électroniques. ” L’année prochaine “. Elle évoque aussi les efforts à faire en matière de recyclage du plastique, s’en plaint « Nous (la France, ndlr) recyclons à peine 20 % des 5 millions de tonnes de plastique que nous utilisons chaque année ». La chasse aux produits en plastique à usage unique se poursuit, dit-elle : en janvier 2023, le gouvernement “Il manque de vaisselle jetable dans tous les restaurants où vous dînez sur place.”
Si l’économie circulaire combine les avantages de l’éco-conception des produits, leur durabilité et leur réutilisation, il n’en reste pas moins vrai que le déchet le moins polluant est celui qui n’est pas produit.

Lire Aussi :  150 dirigeants des Alpes et du Rhône rejoignent la Convention des entreprises pour le climat

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button