Cabinet princier, gouvernement, Conseil national, SBM, économie : le prince Albert II affiche ses ambitions

Quelques mois après la réorganisation de votre cabinet, avez-vous trouvé votre rythme de croisière ? Quels sont les principaux changements ?
Tous les pays ont ce besoin de reconstruire. C’était aussi l’occasion de féminiser davantage l’équipe, d’avoir des gens de générations différentes, d’une plus grande mixité. Tout se passe très bien, ils se présentent bien. Ce sont des gens plus jeunes, pour certains certes moins expérimentés, mais avec beaucoup d’énergie et de talent.
La communication est très bonne avec le gouvernement. Les choses sont un peu plus faciles à Monaco qu’ailleurs, où presque tout le monde se connaît. Le cabinet a dû trouver la bonne voie pour continuer le gouvernement et tout est harmonieux maintenant, même si on peut toujours s’améliorer. C’est ce travail d’équipe qu’il faut promouvoir et faire en sorte qu’il fonctionne à tous les niveaux.

Lire Aussi :  Le futur « Conseil national du commerce » piloté par Thierry Mandon

“J’ai été surpris par ces rumeurs et ces articles”

La mission du ministre d’État Pierre Dartout dure jusqu’en septembre 2023, travaillez-vous déjà à sa succession alors que les noms de Christophe Castaner et du préfet Bernard Gonzalez ont (déjà) circulé pour le remplacer ?
Je dois honnêtement vous dire que j’ai été surpris par ces rumeurs et ces articles. Le renouvellement du ministre d’Etat n’est pas d’actualité pour le moment. Les hypothèses présentées ne sont que des hypothèses médiatiques.


Pensez-vous que c’est un moyen de perdre du poids?
Probablement, des personnes plus ou moins bien intentionnées essaient de déstabiliser les choses. Quand il y a des doutes, on performe moins bien, on mine la confiance des personnes en question. Mais j’en profite pour exprimer ma confiance à M. Darmouth.

“Élections historiques”


Comment avez-vous accueilli le départ de Stéphane Valéry du Conseil national et sa succession par Brigitte Boccone-Paget, la première femme présidente de la Haute Assemblée ?
Il faut saluer cette élection historique d’une femme à la tête du Conseil national. C’est un beau symbole et j’ai remarqué comme tout le monde l’implication dont elle a fait preuve dès le début et son grand investissement en toute chose. G. Je sais qu’elle est déterminée à maintenir cet échange et ce dialogue de qualité avec
gouvernement.

Lire Aussi :  un collectif de chefs d'entreprises va manifester pour l'achèvement du chantier

SBM : “Stefan Valery va voir ça, ce n’est pas une mission facile”

Stéphane Valery a été appelé à prendre la direction de la Société des Bains de Mer, faisant de lui la seule personne à avoir travaillé à la fois au Conseil National, au gouvernement et à la SBM. Comment se passe la conférence entre Jean-Luc Biamonti et lui ?
Certains diront que M. Stefan Valeri a peut-être des défauts, comme tout le monde, mais il a surtout beaucoup de qualités. Prend ses notes, étudie. Il était important, je pense, qu’il soit d’abord membre du conseil d’administration, avant d’assumer le rôle de président. Je sais qu’il a toutes les qualités pour réussir et qu’il saura fédérer autour de lui une équipe efficace.

Lire Aussi :  la Commission européenne rate son coup, les Vingt-Sept s’écharpent

La passation se passe bien avec Jean-Luc Biamonti. je lui souhaite la bienvenue aussi
le travail de ce dernier à la tête de SBM. Stefan Valery verra ça, n’est-ce pas
mission facile. C’est une très grande entreprise de l’envergure de la Principauté et un
une entreprise moyenne au niveau international, avec un prestige extraordinaire indispensable pour maintenir ce niveau de qualité, tout en étant attentif à sa dimension sociale, très importante pour Monaco.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button