ce qu’il faut savoir si vous allez voir le film du Puy du Fou

Gagner ou mourir
Tamalet Christine Gagner ou mourir

Tamalet Christine

Hugo Becker a pris le rôle, ainsi que les vêtements, de François Athanase Charette de La Contrie, le célèbre général de la Vendée et héros du Puy du Fou.

CINEMA – Ni histoire vraie, ni complètement fictive, Gagner ou mourir il est comme le Puy du Fou : vague au milieu avec un message politique solide. En salles le mercredi 25 janvier, c’est le premier film produit par Puy du Fou Films. Avec 2,3 millions de visiteurs en 2022, le parc vendéen imaginé par Philippe de Villiers se lance au cinéma.

Guidé par la vaste exposition du parc, Panache ultime, Gagner ou mourir raconte l’épopée de François-Athanase Charette de La Contri, dite “Charette”, lors de la bataille de Vendée. C’est l’acteur français Hugo Becker (Au service français, le Baron Noir) qui définit le général royaliste dans sa guerre contre les républicains.

Au départ, le projet était un fantasme pour la télévision, qui décrit une certaine version du film (puisque la voix d’Hugo Becker, par exemple, est présente tout du long pendant 1h55). Réalisé par Paul Mignot et Vincent Mottez, qui ont travaillé sur “Secrets d’histoire” (France 3), Gagner ou mourir ils ont donné le ton aux objectifs de la nouvelle entreprise de fabrication.

Pour Nicolas de Villiers – le fils de Philippe de Villiers qui est aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale – le message du Puy du Fou Films est le même que celui du parc : “pour célébrer la grandeur de la France”. Gagner ou mourir il a été de nouveau tiré du site du Puy du Fou, avec ses chevaux et ses décors. La chanson est de Nathan Stornetta, qui a écrit la chanson pour le parc, et de nombreux bénévoles ont participé au processus d’enregistrement.

Revisiter l’histoire à la sauce Puy du Fou

Le film débute par l’intervention de trois historiens devant la caméra, dont le controversé Reynald Sécher, qui soutient la théorie du “massacre” de la Vendée dans ses livres. Ils agissent comme une défense de l’histoire elle-même “inspiré d’expériences vécues”, selon les médias. Dès le départ, la frontière entre littérature et fiction est floue. Une méthode précédemment utilisée dans les affichages de parc.

Il y a quelques mois, un HuffPost il s’est entretenu avec Pauline Ducret et Guillaume Lancereau, qui ont co-écrit le livre Le puy du fauxdans ce cas. S’ils ne voient pas de problème au Puy du Fou pour démarrer le 7 art, les deux historiens mettent en garde contre les opinions politiques qui se propagent par le parc, et plus encore dans ses films.

Lire Aussi :  la galère des irréductibles Gaulois en Chine

“C’est une culture très différente de celle des jeux historiques, des films et séries Netflix ou Apple”explique Guillaume Lancereau. “Il n’est pas rare d’avoir un mépris pour la vérité historique ou d’être déconnecté des événements culturels. La vraie différence est la qualité politique du travail social.

Les communications de Puy du Fou Films n’abordent pas directement les questions politiques. Selon Nicolas de Villiers, leur approche est “Célébrer une partie brillante de notre histoire, la mettre sur grand écran, un cinéma familial, avec une portée mondiale”. Mais le côté de l’histoire est le même que celui soutenu par la droite. Philippe de Villiers a également soutenu publiquement Éric Zemmour à l’élection présidentielle de 2022.

Gagner ou mourir
Tamalet Christine Gagner ou mourir

Tamalet Christine

De nombreux bénévoles du Puy du Fou ont participé au tournage du film « Vaincre ou Die », tourné sur place dans le parc vendéen.

Le royaume grandit

“Ce qui nous inquiète, c’est la puissance des enjeux politiques, surtout des enjeux politiques qui ne prennent pas leurs responsabilités”, produit Pauline Ducret. “Cela ne se compte pas dans le temps de la parole puisqu’on nous l’a dit”mais non, nous nous amusons juste, c’est amusant‘”. Guillaume Lancereau a été horrifié par ” gérer les divertissements passés” et Puy du Fou” qui peut” et ils l’utilisent pour exprimer d’autres idées.

Ces méthodes en disent aussi long sur les idées que le film inspire. Gagner ou mourir a été fait “C’est une aide” de Canal +, propriété de Vincent Bolloré, aux côtés d’Éric Zemmour et Philippe de Villiers. Et c’est distribué par Studiocanal et par SAJE, ça marche bien “pour la distribution de films chrétiens inspirants et/ou destinés à un public familial”.

Pour Guillaume Lancereau, cette attraction ne fait que commencer : « Entre les marques internationales du Puy du Fou et l’animation, on a commencé à avoir plusieurs changements de culture qui paraissent lourds et stressants à la fois. »

En 2021, le parc Puy du Fou España a été ouvert à Tolède en Espagne, sur le même modèle que le parc français. Un autre parc “SAGA Shanghai” doit être lancé prochainement en Chine, et la création d’un spectacle inspiré de l’histoire du peuple Cherokee aux Etats-Unis a été annoncée. Et en 2023, “Le Grand Tour”, un parcours de six jours dans l’esprit du parc, débutera. Même si Gagner ou mourir n’atteint pas son objectif de 100 000 téléspectateurs, l’épopée du Puy du Fou s’est déjà confirmée.

Lire Aussi :  Black Panther : Wakanda Forever

Voir aussi sur Le HuffPost :

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button