Covid-19 : pourquoi la campagne de rappel de vaccination patine en France

la chose principale
Les campagnes de rappel de vaccination contre le Covid-19 et la grippe saisonnière sont lamentablement insuffisantes, craignent les experts, laissant les hôpitaux submergés de cas graves.

Le gouvernement recherche un spécialiste de la communication pour accélérer la ou les campagnes de vaccination. L’équipe d’Elizabeth Bourne peut presque publier une annonce comme une communication gouvernementale autour de la campagne de vaccination de rappel contre le Covid-19, mais la grippe semble aussi s’éloigner. Les Français, en effet, faisaient face à deux liaisons très incertaines. D’une part, il y a eu une récente campagne de communication sur le rappel des vaccins. Nous nous souvenons de l’astronaute sur la lune disant : « Avez-vous vécu ce moment en direct ? Ensuite, il est temps pour la prochaine dose de rappel. Traduction : si vous avez vu les images du premier homme marchant sur la lune le 21 juillet 1969, vous avez plus de 60 ans, vous pouvez donc faire le 2e rappel du vaccin anti-Covid. Pouvons-nous être plus confus que ce message que le ministre de la Santé François Browne a publié sur son compte Twitter le 31 octobre dernier ?

Parallèlement à cette campagne infructueuse, il existe des directives de la Haute Autorité de Santé (HAS), qui précisent que les personnes éligibles pour recevoir un vaccin de rappel (environ 25 millions de Français) : toutes les personnes âgées de plus de 60 ans également, notamment certains adultes qui vit. ou contact régulier avec une personne vulnérable ou immunodéprimée. Cela peut être une préoccupation pour tous les Français ayant des parents ou des grands-parents âgés. L’incertitude des formules déconcerte également les pharmaciens en première ligne pour l’administration des doses de rappel. Certains refusent de vacciner les moins de 60 ans, d’autres le font volontiers… Tous attendent des consignes plus claires, qui viendront plus lentement. Après tout, ce malentendu fait partie du retard de la vaccination en France… depuis maintenant deux semaines, alors que la France entre dans sa 9e vague de covid, ressentie par le gouvernement, qui multiplie les appels solennels aux Français pour qu’ils se fassent vacciner. 19.

Lire Aussi :  "Capital a été payé combien par l'Office de tourisme ?", "Ils nous vendent du rêve", "C'est carrément un écran publicitaire" : les twittos choqués par un reportage élogieux sur Dunkerque

19,5% des Français ne sont pas vaccinés

Elizabeth Bourne l’a fait à l’Assemblée nationale. Un porte-parole du gouvernement, l’ancien ministre de la Santé Olivier Veran, et l’actuel ministre François Brown ont emboîté le pas. “C’est quand même absolument ridicule, on a les moyens de se protéger et les Français ne se font pas vacciner. Le rythme s’est un peu accéléré en semaine”: environ 20% des plus de 80 ans ont reçu la quatrième dose, 35 pour les 60- 80s -40%, mais “ce n’est fondamentalement pas suffisant”, estime Brown.
Brigitte Autran, présidente du Comité d’observation et de prévision des risques sanitaires (Covars), qui remplace le conseil scientifique, a également été touchée dimanche par le niveau “décevant” de la vaccination contre le Covid-19 dans notre pays.
Selon les dernières données de l’organisme français de santé publique, au 4 décembre, 60,2% de la population avait reçu la primo-vaccination complète et la dose de rappel, et 19,5% de la population n’était toujours pas vaccinée…

Lire Aussi :  Feux d'artifices, caillassage : débordements à Nice après la victoire du Maroc

Si le gouvernement semble tergiverser plutôt que contraindre, c’est que la donne a changé. La France n’est plus en état d’urgence, imposer le port du masque est plus compliqué, et l’Assemblée nationale, on l’a vu, est fragmentée et inflammable dans le Covid-19. Lors de l’examen du LFI, nous avons vu le projet de loi pour la réinsertion des soignants non vaccinés. Mais si la prudence est mère de sécurité, l’exécutif devrait certainement agir pour répondre à l’inquiétude des tuteurs qui craignent que l’hôpital ne soit saturé face à une triple épidémie (Covid, grippe et bronchiolite). Après cela, la question de l’ouverture des appels à tous les habitants se pose rapidement. Une question politique importante.

La vaccination contre la grippe ne suffit pas

Si la campagne de rappel de vaccination Covid-19 patine, la grippe saisonnière ralentira également. Selon les derniers chiffres, environ cinq millions de Français ont été vaccinés contre la grippe, soit 13 % de moins que l’an dernier.
“En effet, un point important que nous répétons est que dans le cas de la grippe pour le Covid, les vaccinations peuvent éviter des formes graves et des hospitalisations. Nous formulons des recommandations très fortes pour augmenter la vaccination et appelons les Français à vacciner au plus vite”, a déclaré dimanche au JDD Brigitte Autran, présidente du Comité de surveillance et de prévision des risques sanitaires (Covars). Le Conseil scientifique du Covid-19 o Un organe consultatif auprès du gouvernement successeur.
Et de poursuivre : “Les Français ont vraiment besoin de se protéger. La grippe et le Covid sont deux épidémies aux conséquences graves qui peuvent être prévenues, mais il n’existe pas de vaccin contre la bronchiolite. La grippe et le Covid ce n’est pas la mort, nous avons la mort. Il y a des outils pour se protéger”. nous.”
« N’hésitez pas à vous faire vacciner en même temps. Cela peut se faire au cabinet médical et à la pharmacie, a expliqué Pascal Crepey, épidémiologiste et enseignant-chercheur à l’École des hautes études en santé publique (EHESP).

Lire Aussi :  1,12 million de manifestants dans la rue pour la première journée de mobilisation

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button