[Critique livre] Grimelda Hauchecorne – Cassandra O’Donnell

Un grand livre d’images.

Depuis la parution de sa saga en 2014 Malenferécrit du point de vue d’élèves qu’il a rencontrés à l’école primaire, Cassandre O’Donnell il n’a jamais cessé d’écrire aux jeunes, pour trouver quelque chose qui inciterait tout le monde à lire. Peu à peu, il s’est fait l’une des personnes les plus célèbres de la littérature de psychologie, avec des titres célèbres, tels que. Le conte des quatre, Rebecca Kean Ce Mauvais collège.

Grimelda Hauchecorn, paru en octobre chez Flammarion Jeunesse, est son premier album écrit pour les très jeunes lecteurs dès l’âge de 6 ans. Dans ce conte gothique aux accents automnaux, l’auteur nous parle d’une souris magique, Grimelda, qui vit à Salem parmi les gens d’autres plus dangereux les uns que les autres. Sauf que Grimelda est différente : elle a un cœur qui l’empêche d’être cruelle. Puis il commence à lui demander de retirer ce lourd fardeau.

Lire Aussi :  Chimène Badi plus mince que jamais : sa transformation physique interpelle pendant le Téléthon

Pour créer ce beau livre de 48 pages à couverture cartonnée, Cassandra O’Donnell a fait appel à son acolyte illustrateur, conteur et directeur artistique. Jean Mathias Xavier qui avait déjà décrit la saga Mauvais collège et style manga noir et blanc. Ici, on ne retrouve à propos de cette inspiration que les grands yeux d’une mignonne petite souris, car il choisit d’utiliser l’aquarelle et les couleurs, mêlant ainsi dessin et peinture. La palette utilisée est très sombre et décrit parfaitement l’histoire gothique que l’auteur a écrite. Les écritures sont parfois effrayantes, parfois géniales, et la ligne change entre les personnages et le paysage qui les entoure, créant des contrastes intéressants et beaux. Le papier utilisé, très épais, permet une lecture agréable, et la forme du livre, large et triangulaire, complète cet ouvrage illustré.

Lire Aussi :  Mylène Farmer - Extraits et bilan du concert hommage qui a divisé les fans

Une histoire originale, effrayante et poétique

Grimelda Hauchecorn vient de la passion de Cassandra O’Donnell pour la narration. Il dit qu’il aimait, enfant, la peur qui émane de ces histoires, et qu’il veut les rendre. Cependant, il promet une belle fin à son histoire, car son but n’est pas de froisser la nouvelle génération de lecteurs. Les événements de l’histoire font peur, mais l’auteur se contente d’en rire à cause de Grimelda, une brave petite sorcière qui n’a peur de rien, pas même des monstres. Cet humour permet d’adoucir les événements, sans nier le côté fascinant des créatures qu’ils croisent.

C’est donc un conte horrifique et poétique que Cassandra O’Donnell veut écrire dans le temps, et pour ce faire elle utilise de nombreux codes de ce genre : elle communique aussi avec des mots, autorisant toujours ses personnages, et parfois le lecteur.

Lire Aussi :  EXCLU – Michel Jonasz évoque ses enfants : ils ne sont pas musiciens, mais…

Parfois, ses écrits sont descriptifs, exprimant des mots riches et précis qui instruisent son jeune public. L’héroïne de l’histoire a envie de faire des choses et de rencontrer des gens qui peuvent l’aider, ce qui donne à l’histoire une répétition des contes de fées traditionnels. Enfin, l’histoire est suivie d’une leçon de morale, l’auteur veut soulever de vraies questions philosophiques. Y a-t-il des gens sans pitié ou sont-ils des pauvres avec des cœurs brisés ou des vies sales ? Avec une grande passion, Cassandra O’Donnell livre cette vision en entraînant son jeune public vers des révélations réconfortantes.

Grimelda Hauchecorn C’est donc un conte gothique engageant, éducatif et bien illustré, adapté aux jeunes lecteurs de 6 ans et plus. Si l’auteur a cette fois quitté son jeune public, il n’en oublie pas pour autant son objectif : « plaire et inciter à la lecture avant tout ».

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button