Île-de-France : le 3117, nouveau réflexe pour les victimes de violences sexuelles dans les transports

Encore peu connu, le numéro d’urgence 3117 est un outil important pour dénoncer les violences sexuelles et sexistes dans les transports en commun en Ile-de-France. Quoi qu’il en soit, c’est le message que Valérie Pekres essaie de faire passer, qui encourage les femmes victimes ou témoins à l’utiliser.

Valérie Pécres, présidente de région et IDFM, qui s’est rendue mercredi 23 novembre au poste de commandement de la sûreté nationale SNCF, a évoqué “l’omerta” qui existe encore autour du harcèlement sexuel et des violences sexuelles faites aux femmes, notamment dans les transports en commun. A cet égard, il a rappelé l’importance du numéro d’urgence 3117, qui permet d’obtenir de l’aide en cas d’attentat, que l’on soit victime ou témoin.

Accompagnement “efficace”

« Au cours des 9 premiers mois de 2022, 21 % des actes de violences sexuelles ou sexistes sur la partie SNCF des transports en commun franciliens ont été signalés via cette ligne, et les agents eux-mêmes représentaient 74 % (agents de gare, superviseurs…)” s’est réjoui le directeur adjoint de la sécurité ferroviaire (Suge) Frédéric Bellouard, “si le numéro n’est pas vieux, plus de gens l’utilisent. passer un coup de téléphone.”

A l’écouter, le système semble également bien fonctionner, avec une cellule dédiée installée au cœur du poste de commandement national de la sûreté SNCF. Ainsi, une fois l’appel avec une victime ou un témoin potentiel terminé, les agents du 3117 peuvent immédiatement dépêcher les équipes Suge voire la police si nécessaire.

En septembre dernier, l’appel d’une femme pour condamner les agissements répétés d’un homme de la lignée P de Transilien a permis à ce “harceleur” d’arrêter à cause de sa description. Même une opération de terrain a été organisée et il a été pris en flagrant délit. Du coup, au moins trois femmes ont porté plainte contre lui, dont son agent, qui lui a mis la main sur les fesses. Il a été placé en garde à vue et inculpé, en raison d’être interpellé aujourd’hui.

Selon Valérie Pekres, une aide “efficace” aux victimes, qui selon elle est “beaucoup plus efficace” que d’appeler la police au 3117, “ça ne gêne pas”. “Ça permet d’avoir des agents socialement formés, prêts à intervenir”, explique un élu d’Ile-de-France, qui a récemment annoncé son intention de créer ses propres brigades de sécurité dans la collectivité francilienne. le transport.

Programme spécial

Ce numéro d’urgence est également disponible dans l’application spéciale “Alerte 3117” à travers laquelle il est possible de signaler un incident – un problème de sécurité, une brutalité, une nuisance ou encore des violences sexuelles et sexistes “tout à fait volontairement”. “On voulait un système très discret, on peut téléphoner ou écrire”, explique Valérie Pécresse.

L’application a une “icône très expressive de la main sur les fesses”, comme elle l’admet volontiers, représentant une étiquette réservée au signalement du harcèlement sexiste ou sexuel. Sur les près de 11 000 appels reçus entre janvier et septembre 2022, environ 5 % concernaient des actes de violence sexiste ou sexuelle.

Et si les actes de violences sexuelles semblent en augmentation constante, le président de la région affirme que cela est dû, notamment, à la multiplication des faits dénoncés. Nous sommes également heureux de pouvoir désormais accompagner les victimes jusqu’au dépôt de plainte.

Le conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités IDFM) se réunira le 7 décembre.

Valérie Pécresse plaide pour une meilleure vidéosurveillance dans les transports en commun en attendant d’aller encore plus loin. Bien que de nombreux trains soient aujourd’hui équipés de systèmes de sécurité vidéo, ils ne transmettent pas directement les images en direct. Pour accéder aux images, elles doivent être demandées dans un délai maximum de 72 heures. D’où l’importance pour Valérie Pécresse de “rapidement condamner et dénoncer les faits”.



Source

Lire Aussi :  Strasbourg va attaquer l'État pour sa «défaillance» à mettre à l'abri les personnes à la rue

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button