Immobilier, récession, taux, déficits… “où va la France ?”

Les dernières statistiques nationales sont sorties et, malheureusement, elles ne font pas polémique : les prix de l’immobilier continuent de baisser et de s’aggraver dans les grandes villes de France, la récession s’installe dans notre “douce France”, des faillites d’entreprises à des records d’acquisition et des déficits historiques. Balance commerciale française. Et tout cela dans un contexte de pressions inflationnistes continues, de nouveaux changements dans les comptes publics et de taux d’intérêt en hausse. Des changements qui ne parviennent pas à exacerber la récession, donc les déficits publics et la dette qui conduisent une fois de plus à des taux d’intérêt plus élevés… et le cercle vicieux continue… en particulier, une baisse significative du PIB et des prix nationaux de l’immobilier.

Plutôt que de cacher et de nier ces réalités économiques, nous devons les mettre en lumière et mieux les affronter en prenant les bonnes mesures pour préserver notre beau pays. Ainsi, en septembre 2022, le déficit commercial de la France a atteint un nouveau triple record historique : 17,5 milliards d’euros sur un mois, 47,6 milliards d’euros sur un trimestre et 149,9 milliards d’euros sur un an. Hors énergie, le déficit commercial de la France est historiquement important, à 77,2 milliards d’euros sur douze mois, contre 53 milliards d’euros il y a un an et 29 milliards d’euros en 2019.

LIRE AUSSI

Bourse, taux d’intérêt, immobilier… “les krachs sont de retour”

ACDEFI

Quant à la balance courante (regroupant ci-dessus la balance des biens, des services et des revenus), elle n’est pas non plus formidable, car malgré l’importance des recettes touristiques, elle affiche un déficit de 7,3 milliards d’euros et de 30,1 milliards d’euros pour le mois. euros depuis plus d’un an. À l’exception de la fichue pandémie de 2020, ce sont aussi des sommets historiques.

Lire Aussi :  quelles communes sont concernées dans le Sud-Ouest ?

>> Achetez et vendez vos investissements (actions, crypto, or, etc.) au bon moment grâce à Momentum, la newsletter d’analyse technique de Capital. Obtenez un essai gratuit maintenant avec le code promo CAPITAL30J.

Les raisons de ces changements sont, malheureusement, systémiques. A commencer par la faible diversification géographique des exportations françaises, trop tournées vers la zone euro, feu rouge de la croissance mondiale depuis plus de quinze ans. Dans le même temps, la spécialisation sectorielle des exportations françaises souffre de la faiblesse des moyens de production (seulement 19 % au total, par exemple 50 % pour les exportations allemandes) et de la sous-représentation des produits de haute technologie. Heureusement, les exportations de produits agricoles, de produits de luxe, les exportations aéronautiques et navales permettent de limiter les dégâts sur le commerce extérieur de la France. Mais cela reste très insuffisant.

LIRE AUSSI

La bourse, les taux d’intérêt, l’euro… “Combien de temps va durer le krach ?”

Globalement, ce déficit commercial record reflète aussi des décennies d’erreurs stratégiques des dirigeants du pays : des pressions fiscales historiquement élevées et, dans le même temps, une dynamique d’investissement prohibitive, un marché du travail toujours très tendu, des réglementations de désindustrialisation excessives et massives. . Si nous voulons vraiment réduire les déficits et renouer avec les excédents commerciaux, il suffit alors d’inverser ces tendances désastreuses et (enfin !) de remettre la France sur la voie de la modernisation économique.

Lire Aussi :  Double concert exceptionnel avec Louise Attaque et Dominique A au Café de la Danse et sur France Inter

La tragédie est que la France est maintenant dans une grave récession, et cela commence également à peser sur les faillites d’entreprises. Après avoir atteint des creux historiques en 2020 malgré une récession, ils augmentent de près de 70 % en un an. Nous payons ici une énième erreur stratégique, cette fois un “malgré le coût” généralisé, sans but et trop long. Il a notamment maintenu de nombreuses entreprises “zombies” dans une vie artificielle, si bien qu’aujourd’hui elles disparaissent, mais celles qui méritaient d’être soutenues et ne pouvaient plus l’être traînent également derrière lui. , parce que les pouvoirs publics. Toutes leurs cartouches sont déjà épuisées.

ACDEFI

Plus grave, l’explosion passée et future de la dette publique française a provoqué et continuera à augmenter les taux d’intérêt sur les obligations et les emprunts d’État, réduisant encore l’investissement et la consommation, tout en approfondissant la récession. Déficits et dettes… Dans ce contexte, la bulle immobilière française alimentée par les “de toute façon, les tickets” et l’aveuglement collectif en 2020-2021 ne pourra sans doute pas résister.

LIRE AUSSI

“La hausse des taux d’intérêt vient de commencer, attention à la bourse et à l’immobilier !”

Déjà, les experts du secteur tirent la sonnette d’alarme, annonçant une baisse importante des prix, notamment dans les grandes villes. Les prix de l’immobilier à Paris et Bordeaux, par exemple, ont également baissé de 0,9 % sur l’année, selon les agents Meilleurs. Selon Century 21 et Orpi, le prix du mètre carré à Paris serait passé sous la barre des 10 000 € (9 758 € pour être précis), contre 10 348 € au 1er janvier 2022 et près de 11 000 € à l’été 2021.

Lire Aussi :  Métavers : la feuille de route de la France se précise

Et ce déclin logique ne fait que commencer. En effet, compte tenu de la hausse constante des taux d’intérêt, les crédits deviendront de plus en plus chers, et de moins en moins de Français pourront obtenir un crédit immobilier. De plus, l’aggravation de l’inflation réduira davantage leur pouvoir d’achat et réduira leur capacité d’emprunt.

ACDEFI

Ainsi, selon nos estimations, les prix des logements disponibles chuteront d’au moins 15 % au cours de la prochaine année, d’abord dans les grandes villes, puis à l’échelle nationale. Mais attention, ce n’est pas une mauvaise nouvelle, car si les prix baissent, de nombreux Français qui n’achèteraient pas aujourd’hui en raison du coût excessif de l’immobilier pourraient le faire demain.

Aussi, pour tirer une conclusion positive, il ne faut pas oublier qu’à long terme (c’est-à-dire au moins dix ans), l’immobilier reste le meilleur placement avec les actions et l’or. . Un “Reset” régulier est nécessaire pour renouer avec la réalité économique et repartir sur des bases plus solides.

Mark Touati, économiste, président de l’ACDEFI et auteur de 7 Best Economic Sellers

Son nouveau livre, RESET II – Welcome to the World, publié le 1er septembre 2022, est un essai économique à succès sur Amazon.

Marc Tuati

Retrouvez également ses chroniques vidéo sa chaîne Youtube le dernier d’entre eux : l’immobilier, la stagnation, les déficits… Où va la France ?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button