La fièvre malgré tout pour le retour des Bleus en France

Vingt-quatre heures après la finale d’anthologie contre l’Argentine (3-3, 2-4 aux tirs au but), la fièvre n’était toujours pas retombée. Du moins semblait-il repartir lundi soir, lorsque les malheureux et brillants finalistes sont rentrés en France. Atterrissant à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle vers 20h00, les Tricolores sont arrivés pour accueillir les supporters français au Concorde. Selon la tradition, après une grande compétition internationale, la bande Deschamps s’est rendue à l’hôtel de Crillon dans le 8e arrondissement de Paris, où les “bleus” jouaient déjà en 1998 (victoire en Coupe du monde contre le Brésil 3-0), en 2000 (victoire ) contre l’Italie à l’Euro 2-1 ap) et en 2006 (défaite en finale de la Coupe du monde 1-1, 5-3).

“C’est déjà incroyable que nous ayons réussi cela dans ce contexte.”

Quatre ans et demi après le sacre français en Russie (face à la Croatie, 4-2), les festivités ont recommencé place de la Concorde et en beauté. Par une nuit de décembre à Paris qui ne s’est pas refroidie, la police a déclaré qu’environ 50 000 fans se sont déplacés pour accueillir leurs héros, un témoignage de la passion continue pour l’équipe de France, comme en témoigne le record de fréquentation de la finale (estimée à 24,08 millions de téléspectateurs ). ).

Lire Aussi :  Pastore raconte l'évolution de Messi, qui a "toujours eu envie de fermer des bouches"

La station de métro Concorde a été fermée, et les supporters des Bleus ont rejoint à pied la place éponyme, formant un cortège en liesse, nouant le drapeau français autour du cou ou l’agitant dans les airs. Les discussions de bord de route ont rejoué le match de la veille, les temps forts du match, l’analyse et le débat comme s’ils étaient déjà cristallisés dans la mémoire de l’équipe. Certains dénoncent le choix de l’arbitre (“Di Maria n’était pas fautif”), tandis que d’autres admirent la classe des joueurs, notamment Kylian Mbappe, désormais surnommé “Kick”. Certains relativisent encore le résultat pour une équipe durement touchée par les blessures avant (Kante, Pogba, Kimpembe, Maignan) et pendant (Nkunku, Lucas Hernandez, Benzema) : “ C’est déjà incroyable que tu y sois parvenu dans ce contexte ! Nous sommes fiers de leur parcours ! » persuadé, transféré, pro-français.

Lire Aussi :  A Blois, la police des polices saisie après la violente agression d’une femme par son ancien compagnon

Les Bleus au balcon de Crillon (A. Mounic/L'Equipe)

Les Bleus au balcon de Crillon (A. Mounic/L’Equipe)

Kylian Mbappé a remporté le compteur d’applaudissements

Les joueurs annoncés à 20h30 dans la Concorde, Marseille et “Allez les Bleus” ont commencé à se multiplier après 20h00. Enfin arrivés vers 21h30, les Bleus ont salué les supporters depuis le balcon de Crillon pendant une quinzaine de minutes, déclenchant quelques fumigènes et provoquant l’hystérie du public, qui avait depuis longtemps perdu la voix sous leurs cris. Les visages des joueurs de l’équipe de France semblaient fermés, bien sûr, la réponse logique des joueurs qui ont passé le rêve.

Lire Aussi :  Ligue 1 - "Colère", "urgence" et mercato : à l’OL et pour Laurent Blanc, la cote d’alerte est atteinte

Kylian Mbappe, le meilleur buteur du tournoi, a remporté le prix du joueur le plus populaire sous les applaudissements. Son nom a été mentionné avant « Giroud, Giroud ! ” et “ Desham, Desham ! sont entonnés tour à tour. Un feu d’artifice a enfin illuminé la nuit parisienne, où retentissaient déjà les applaudissements alors que les Bleus regagnaient l’intérieur de l’hôtel où ils devaient passer le dîner et la soirée. A table, après une campagne mondiale réussie mais inévitablement amère pour des concurrents affamés, de quoi voulaient-ils parler ? Aucun connait. A leur tour, les fans se sont déjà posé la question : ” Pensez-vous que nous pouvons gagner le prochain Euro ? »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button