le paradis retrouvé de Rosa Bonheur sur France 3

Rosa Bonheur dans son atelier (détail), au château de By près de Fontainebleau, par Georges Achille-Fould, 1893. Photo d’Alay Stock via Reuters Connect

CRITIQUE – “Secrets d’Histoire” raconte le parcours de cet artiste animalier pionnier qui fera l’objet d’une exposition au musée d’Orsay jusqu’au 15 janvier. Un nouveau numéro à ne pas manquer le lundi 24 octobre prochain à 21h10 sur France 3.

Une vie comme dans un rêve. Le paradis perdu de son enfance, situé près de Bordeaux, dans le Château Grimont, propriété de son grand-père, Rosa Bonheur (1822-1899), l’a reconstruit au fil de sa longue existence. Un retour aux jours heureux, quand elle courait à travers les champs des bords de Garonne, caressant affectueusement moutons, veaux, vaches, chevaux… Tout un monde de crin et de paille que la fille de ce peintre – Raymond Bonheur, qui a tiré le diable par la queue – retourné dans ses toiles.

Lire Aussi :  Pourquoi les attaques informatiques contre les hôpitaux en France se multiplient-elles ?

L’incroyable parcours d’un pionnier

Cet incroyable parcours d’une pionnière qui connut un immense succès de son vivant est raconté avec passion par Stéphane Bern. Alors que cette artiste animalière, un peu oubliée au XXe siècle, revient actuellement dans le centre avec une exposition qui lui est consacrée au musée d’Orsay. (lire nos éditions du samedi).

Lorsque Raymond Bonheur décide de quitter Bordeaux avec sa femme et ses enfants pour Paris, Rosa, alors âgée de 7 ans, est choquée. Mais la petite fille n’est pas au bout de ses peines : sa mère adorée, Sophie, décède quatre ans plus tard. Rosa a été formée au dessin par son père dès son plus jeune âge et s’affirme pinceaux à la main. Bientôt ce sera elle qui soutiendra la famille (elle a deux frères et une sœur).

Lire Aussi :  critique Full Metal Bisounours Jacket

Scène de la vie quotidienne

La reconnaissance vient vite. Sa première grande toile, Le marché aux chevaux, présenté en 1853 au Salon du Louvre, témoigne de son savoir-faire. De puissants chevaux de trait se dégagent de cette impressionnante photo (5m × 2,50m), dont deux beaux gris tachetés maîtrisés avec tact par un maquignon. Cette œuvre, qui recrée une scène de la vie quotidienne de l’époque, fait sensation. Mais la ville de Bordeaux refuse d’acquérir 10 000 francs or. Elle attire cependant l’attention du marchand d’art Ernest Gambart qui l’achète quatre fois plus cher puis la revend aux Etats-Unis pour 268 000 francs !

Lire Aussi :  Hospitalisations en France ce mercredi 18 janvier 2023 : taux d'occupation lits de réanimation par région

L’ami de Bufalo Bill

A 35 ans, Rosa Bonheur est une star. Elle devient la petite amie de Buffalo Bill, dont elle peint le portrait à cheval. De plus, elle offre le château de By, près de Fontainebleau. Entourée d’animaux qui lui rappellent ses premières années, Rosa Bonheur chevauche sur son domaine et peint ses amis les animaux. Financièrement indépendante, avec son amie d’enfance Nathalie Micas une longue amitié amoureuse, Rosa Bonheur jouit de sa liberté. Napoléon III était sensible à l’honneur et l’estimait, et l’impératrice Eugénie la décora de la Légion d’honneur, une première pour une femme peintre.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button