l’Etat accorde un prêt de 15 millions d’euros à Duralex pour lui permettre de reprendre sa production

L'usine Duralex de La-Chapelle-Saint-Mesmin (Loire), en juillet 2021.

A grandes maladies, grands médicaments. Pour permettre à l’usine Duralex de La Chapelle-Saint Mesmin (Loire), qui a dû arrêter sa production le 1euh En novembre, face à une explosion des prix de l’énergie, afin de repartir à zéro, l’Etat va accorder à l’entreprise un prêt à taux bonifié de 15 millions d’euros. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du Plan Résilience, dispositif mis en place pendant la crise du Covid-19 et maintenu depuis, destiné à accompagner les entreprises confrontées à des difficultés de trésorerie.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Les prix de l’énergie explosent, des usines ferment

Le ministre délégué à l’Industrie, Roland Lescourt – il s’est rendu pour la première fois sur le site de Duralex le 16 septembre – doit annoncer cette bonne nouvelle à la direction et aux syndicats ce lundi 21 novembre, marquant ainsi le démarrage spectaculaire de la semaine de l’industrie.

Lire Aussi :  Amazon Prime intègre désormais tout Amazon Music, mais il y a une restriction

Ce montant, injecté conjointement avec d’autres acteurs financiers de l’entreprise, permettra de “protéger” et sur « Entretenir ce site industriel emblématique du Made in France », explique-t-on essentiellement à Bercy, avant la visite. Duralex, qui a mis les 250 salariés de l’usine au chômage partiel, devrait donc pouvoir reprendre la production de ses fameux verres trempés en avril.

Préservation du tissu économique français

Le ministre devait également se rendre dans l’un des sites industriels du groupe Mori, qui imprime notamment des magazines (Paris Match, Le Point, L’Express) ou des livres pour de grandes maisons d’édition. Le groupe, qui emploie 600 personnes dans la Loire, sur les deux sites de Malescherbes et Manchecourt, a vu sa facture d’électricité quadrupler entre 2021 et 2022. Le renforcement et l’élargissement du système d’assistance dans des conditions de crise permettront à Mori de recevoir environ 10 millions d’euros d’ici fin 2023, selon les calculs du ministère de l’Industrie. Le groupe a déjà reçu un peu plus de 2 millions d’euros d’aides depuis le début de la crise.

Lire Aussi :  Contre l'inflation, Biden mène une discrète politique restrictive
Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Sobriété énergétique : dans les entreprises, petits gestes et gros investissements

Ces annonces font suite aux déclarations du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, samedi 19 novembre. Invité de l’émission “On n’arrête pas l’éco”, de France Inter, M. Le Maire a confirmé la volonté du pouvoir exécutif de préserver le tissu économique français. “Nous avons protégé nos entreprises pendant la crise du Covid. Nous les protégeons de la hausse des prix de l’électricité et de l’essence », il a rappelé. Le ministre a également annoncé un nouvel élargissement du champ des entreprises éligibles à l’aide, un assouplissement des critères d’éligibilité et des délais de paiement.

Lire Aussi :  Elon Musk devient l'unique dirigeant de l'entreprise après avoir dissous le conseil d'administration

Vous avez 14,8% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button