« Mais pourquoi l’économie mondiale tient-elle toujours ? ». L’édito de Charles SANNAT

Mon cher insolent, cher insolent,

N’imaginez pas un seul instant que je vais me plaindre que l’économie mondiale tient le coup.

C’est une excellente nouvelle pour tout le monde et s’il y a quelque chose à voir tous les jours, surtout dans le cas de notre pays, un effondrement qui est passé du stade de ” rampant ” à celui de largement ” visible ” par tous ceux qui veulent à voir, force est de constater que l’économie mondiale dans son ensemble résiste incroyablement bien au choc.

S’il y a crise, s’il y a inflation, si les prix montent encore et encore, s’il y a pénurie et que ça coule encore, comme dirait l’autre il y a longtemps !

Ce qui se passe maintenant peut sembler assez mystérieux, si étrange, que même Patrick Artus vient de partager une note sur le sujet.

Voici ce qu’il dit.

Patrick Artus revient sur cette question passionnante dans sa note finale.

Il pose 5 éléments explicatifs pour justifier une bonne performance économique.

1/ Aux Etats-Unis, la hausse des prix de l’énergie n’entraîne pas de perte de revenu car les Etats-Unis produisent leur propre énergie et ont un excédent énergétique extérieur, ce qui est une situation très différente de celle de la zone euro.

Lire Aussi :  Branle-bas de combat à Hongkong avant la réouverture des frontières avec la Chine continentale

2/ Les taux d’intérêt réels, corrigés de l’inflation sous-jacente, restent négatifs pour les taux courts comme pour les taux longs, plus en zone euro qu’aux États-Unis, ce qui soutient la demande intérieure et les cours boursiers.

3/ La consommation des ménages est soutenue par la baisse du taux d’épargne, notamment aux Etats-Unis.

4/ Les investissements des entreprises augmentent aux États-Unis et dans la zone euro.

5/ L’investissement immobilier des ménages recule, notamment aux Etats-Unis, mais compte tenu de son poids, cela n’a coûté que 0,5 point de croissance, une perte insuffisante à ce stade pour provoquer une récession.

Vous pouvez télécharger la note Natixis ici.

Des déficits budgétaires largement demandés !

Ici, Artus, qui a raison sur les éléments qu’il énonce, pourrait aussi parler de mobilisation des déficits budgétaires, et l’argent que les États n’ont pas, mais qu’ils dépensent, fait pourtant office d’amortisseur de la crise.

Il y a aussi un autre élément très fort à considérer lors de l’embauche. Nous avons actuellement un nombre important de départs à la retraite, ce qui rend assez “facile” la recherche d’un emploi (et pas nécessairement l’emploi de ses rêves).

Lire Aussi :  Nigeria: les inondations historiques ont aggravé l'économie du pays

Enfin, les ménages du monde entier qui ont bénéficié du “peu importe le coût” des fermetures ont une capacité d’épargne bien supérieure à celle d’avant Covid et cela a donné un certain “relâchement” et “de l’audace”, mais cette liberté est utilisée depuis février 2022 et le début de la guerre en Ukraine.

En conséquence, l’économie mondiale a relativement bien résisté.

Par conséquent, la question n’est pas de savoir si l’économie a résisté. Elle a bien tenu. La question est de savoir s’il pourra tenir longtemps et si toutes les “réserves” ont été mobilisées ou s’il en reste encore quelques-unes.

Selon moi, globalement, et c’est particulièrement le cas en Europe, nous avons consommé les réserves des entreprises qui subissent des augmentations excessives d’énergie.

Ce qui m’inquiète, ce n’est pas le pouvoir d’achat des ménages, même si beaucoup sont en difficulté, ce qui est très préoccupant, c’est l’équilibre financier des entreprises et le nombre de faillites qui explose alors que les entreprises génèrent de l’emploi, des revenus et de la capacité d’emprunt des ménages, qui constituent l’économie en tant que ensemble.

Du côté des entreprises, sans intervention massive de l’État sur les prix de l’énergie, ce sera une catastrophe et donc une crise économique garantie d’ici la mi-2023.

Lire Aussi :  la filière chanvre construit son réseau dans le bâtiment

Il est déjà tard, mais tout n’est pas perdu.

Sois prêt!

Charles SANAT

“Insolentiae” signifie “insolence” en latin.
Écrivez-moi à [email protected]
Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous inscrire à ma newsletter mensuelle “STRATÉGIES” qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes que vous devez mettre en place pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions s’articulent autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour construire votre résilience personnelle et familiale.

“Pour réprimer les révolutions pacifiques, les révolutions violentes sont inévitables” (JFK)

“Ceci est un article “preslib”, c’est-à-dire pas de reproduction totale ou partielle à condition que ce paragraphe soit reproduit après celui-ci. Insolentiae.com est le site où Charles Sanat s’exprime au quotidien et propose une analyse coquine et sans concession de l’actualité économique. Merci d’avoir visité mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button