Métavers : la feuille de route de la France se précise

Rima Abdul Malak - Jean-Noël Barrot - Camille François

La ministre de la Culture Rima Abdul Malak et le ministre délégué à la Transition numérique et aux Télécommunications Jean-Noël Barrot ont reçu le 24 octobre 2022 un rapport de recherche sur le développement des métaverses réalisé par Camille François, chercheur à l’Université de Columbia.

© Twitter — Jean-Noël Barrot

Le marché du métaverse, d’une valeur potentielle de 5 000 milliards de dollars d’ici 2030, aiguise l’appétit des entreprises technologiques et des gouvernements du monde entier. Face à ce que certains observateurs considèrent comme “l’avenir d’Internet”, la France n’est pas près de rater le coche.

Dans ce contexte, Bersi et le ministère de la Culture ont souhaité mener une mission de recherche sur le développement des métaverses en février dernier. Il a été développé par Camille François, chercheur à Columbia University, Adrien Basdevant, avocat spécialisé en droit des nouvelles technologies et membre du National Digital Council, et Remi Ronfard, chercheur à Inria.

France “bien placé dans les technologies immersives”

Le trio a annoncé ses conclusions dans un rapport remis à la ministre de la Culture Rima Abdul Malak et au ministre délégué à la Transition numérique et aux Télécommunications Jean-Noël Barrot le 24 octobre. Dès lors, selon les trois auteurs, il ne faut pas réduire le secteur au Meta, qui s’est jeté dans le métavers pour redorer son blason et trouver un nouveau moteur de croissance en attirant de nouveaux utilisateurs sur Facebook et Instagram.

Publicité Votre contenu continue ci-dessous

Au lieu de se tourner vers les géants américains, le document remis au gouvernement précise qu’il a une carte à jouer en France. “bien placé dans les technologies immersives” avec “beaucoup d’atouts à montrer”tel que “Le succès de grandes structures comme Ubisoft, Dassault Systèmes ou Ledger, ainsi que plusieurs acquisitions de startups innovantes par des groupes américains (Pixyz par Unity, Clay AIR par Qualcomm, Sketchfab par Epic, NextMind par Snapchat, etc.)”.

En revanche, la présence d’un dans le rapport considère que “Le métaverse européen Google” obsession « Il paraît stratégique de protéger, accompagner et encourager les acteurs phares des briques technologiques, certes plus simples, mais importantes pour la constitution du métaverse de demain », écrivent les auteurs de la mission de découverte. Dans ce contexte, ils implorent “La France et les principaux acteurs français (du secteur de l’immersion numérique comme de la recherche sur ces thématiques) sont activement impliqués dans le débat sur l’interopérabilité des technologies d’immersion”.

Le rapport note également l’importance d’adapter les nouvelles législations européennes telles que le DSA (Digital Services Act) et le DMA (Digital Markets Act) et bientôt le Data Act et le AI Act au métaverse fait Parce que si “Différents cadres réglementaires axés sur les technologies numériques en général, et les réseaux sociaux en particulier, fixent des jalons importants pour établir la responsabilité des plateformes, protéger les données personnelles et gérer les risques socio-techniques”On suppose qu’il y a une mission de découverte “il est urgent d’investir dans une réflexion plus claire et plus précise, sinon le retard dans la régulation des réseaux sociaux arrivera aussi pour les métaverses”.

Dix suggestions pour développer une stratégie française

Sur la base de cette analyse, Camille François, Adrien Basdevant et Rémi Ronfard ont élaboré dix propositions pour esquisser une stratégie française visant à accompagner le développement des métaverses. Les voici:

  • A l’occasion de l’organisation des Jeux Olympiques de Paris en 2024, fédérer les acteurs du métaverse français autour de projets concrets, notamment culturels, de valorisation du territoire et du patrimoine.

  • Rétablir les instances de négociation des normes techniques pour s’assurer que la France et les principaux acteurs français soient activement impliqués dans les discussions sur l’interopérabilité des technologies d’immersion.

  • Encourager les pouvoirs publics à fournir des services mutualisés et critiques permettant l’émergence de multiples métaverses interopérables.

  • Développer une analyse rigoureuse des chaînes de valeur du métaverse pour cibler au mieux les domaines d’investissement stratégiques et limiter les risques de perte de souveraineté ou de fuite de valeur.

  • Utiliser la commande publique pour atteindre les objectifs de souveraineté culturelle et technologique en soutenant des connexions hybrides entre les structures technologiques françaises et les institutions culturelles.

  • Commençons maintenant le travail d’adaptation des textes européens (RGPD, DSA et DMA) aux enjeux des métaverses.

  • Investissez dans des outils et des techniques pour analyser les métaverses et les transactions qui s’y produisent, afin que la détection des crimes puisse remonter jusqu’aux criminels et à la collecte des impôts.

  • Soutenir les initiatives de recherche interdisciplinaires pour développer simultanément des métavers expérimentaux basés sur les besoins sociaux (culture, santé, éducation, environnement) et des outils d’évaluation de leurs risques sociotechniques par la recherche empirique.

  • Créer un institut de recherche et de coordination sur le modèle de l’Ircam, qui sera un laboratoire de recherche informatique dédié à l’art immersif, un lieu de coordination entre chercheurs et artistes pour créer des œuvres immersives innovantes dans le métavers, et un comptoir expert pour tous les professionnels. institutions culturelles concernées.

  • Explorez des solutions respectueuses de l’environnement et développez un cadre pour mesurer l’impact environnemental des infrastructures du métaverse.

Publicité Votre contenu continue ci-dessous

Source

Lire Aussi :  L'Écosse suspend le transfert de personnes transgenres violentes vers des prisons pour femmes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button