“Mon vagin a quadruplé de volume” : une ex-candidate de télé-réalité révèle les conséquences d’une opération

En 2019, Elsa Dasc a établi sa relation avec le mari de sa vie, Arthur Venset. Huit mois plus tard, les amoureux se sont offert une bague au doigt lors d’une cérémonie discrète, dont quelques photos ont été partagées sur les réseaux sociaux. Il est toujours très heureux à ses côtés, une personnalité de la télévision qui se voit Princes et dames d’amour ou Les apprentis aventurierscependant, il fait face depuis un moment à une question récurrente : “Quand viendra le bébé ?Une question difficile à poser à une belle femme de 29 ans qui peine à concevoir.

Il y a quelques mois, Elsa Dasc s’est exprimée pour la première fois sur la question en partageant des photos choquantes d’elle-même à l’hôpital, avec d’énormes pansements autour du ventre. Et pour cause, elle a subi des chirurgies pour lui donner la chance de poursuivre ses rêves d’infirmière. Traitement approprié après avoir appris suite à une échographie que ses trompes étaient sévèrement bouchées. Puis les médecins lui ont dit de faire quelque chose”ouvrez-le“. C’est plus précis avec la laparoscopie par hystéroscopie. L’opération a duré plus de trois heures et s’est caractérisée par des complications, notamment la présence d’une endométriose discriminatoire. Pire encore, Elsa Dasc a été forcée de quitter la salle d’opération brutalement au bout de quelques jours parce qu’elle était saignement interne.”Le sang s’était répandu dans tout mon corps, autour de ma croyance car un vaisseau sanguin avait éclaté“, détaillait une vidéo YouTube publiée mercredi 30 novembre.

Lire Aussi :  voici ce que nous réserve l’édition de janvier 2023

Les résultats physiques ne sont “pas jolis du tout”

Heureusement, les médecins ont pu arrêter le saignement à temps. Mais le problème ne s’est pas arrêté là pour Elsa. “J’ai aussi eu beaucoup de problèmes physiques», a-t-il révélé. Et pour expliquer cela : «De gros bleus sur mon corps, et – ce n’est pas joli du tout – mon pénis avait quadruplé de volume et était devenu violet, bleu, c’était tellement dégoûtant à voir. Mais bon, quand on est stressé, on se fout des choses matérielles. Surtout que je savais que ça allait s’en aller, donc je n’avais pas honte de mon corps à ce moment-là. Mais je vous dis juste que ce n’était pas du pain pour moi.

Lire Aussi :  Le tabloïd The Sun « regrette » une violente chronique contre Meghan Markle

Une période très difficile à vivre, donc, pour Elsa Dasc, qui ne perd pas espoir. “Le deuxième traitement se passe bien, j’espère juste que mes trompes sont bouchées car apparemment c’est un organe fixe et du coup ça peut se remplir, mais avec celui-ci, je croise les doigts pour une solution naturelle.“, a-t-il conclu avec un sourire aux lèvres.

Lire Aussi :  L’activisme écologiste crée un malaise dans les musées

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button