Parlons MotoGP : Dovizioso, la pire fin de carrière de l’histoire ?

Nous continuons notre examen de la saison de chaque pilote, du dernier à Pecco Bagnaia. Pour apprécier la performance de notre héros, regarder sa place au classement général ne suffit pas. Nous allons donc nous intéresser à la dynamique, au contexte, aux qualités, à l’attente que le pilote en question suscitait pour juger de sa campagne. Cet avis reste subjectif, et nous sommes curieux de voir ce que vous en pensez dans les commentaires. Hier, c’était la saison des recrues Raúl Fernández qui a été honoré. Vous pouvez trouver l’article correspondant en cliquant sur cette phrase en surbrillance.

I) Andréa, pourquoi ?

Certains adultes ne savent pas comment arrêter. Qu’ils soient chanteurs, acteurs ou sportifs, il est étonnamment rare de voir d’anciennes gloires raccrocher les gants au moment parfait. En MotoGP, même les légendes poussent toujours un voire deux ans “trop”. En général, dans un sport aussi physique, cela entraîne des blessures fréquentes (Laurent) ou un sérieux manque de compétitivité (Edwards), ce qui les oblige à jouer les places malhonnêtes vis-à-vis de leur palmarès.

En prenant sa retraite fin 2020, Andrea Dovizioso semblait défier le destin. Certes, il sort d’une année terne, mais il reste quatrième au classement général. À 34 ans et après une carrière mondiale de dix-huit ans, c’est le bon moment. Et voilà, Dovi part en tant que pilote d’usine Ducati, et pourra tranquillement se remémorer ses 24 victoires en carrière, son titre 125cc et ses batailles avec Marc Márquez. Ciao “Desmo Dovi” !

Lire Aussi :  Un trail nocturne pour réunir passionnés de sports et de nature

Une “triste” fin de saison, au sens premier du terme. Photo: Michelin Motorsport

Quoi qu’il en soit, c’est ce que nous aimerions écrire. Mais quelle a été notre surprise quand nous avons appris que AvecU RNF l’a engagé pour la saison 2021 puis 2022, aux côtés de Darryn Binder ! Immédiatement, nous avons mis en lumière la médiocrité du recrutement, sans doute l’un des moins inspirés de tous les temps. Dans sa 36e année, il a donc dû se remettre en forme, apprendre à maîtriser une Yamaha peu compétitive, dans une équipe en fond de grille. Un vaste programme.

II) Carton rouge

C’est une de nos grosses déceptions cette année. Bien sûr, nous ne nous attendions pas à Dovizioso 2017, c’est évident. Mais c’est dommage que les pilotes se moquent de leur légende, qu’ils ne pensent plus à ce qu’ils laissent au sport. En faisant passer le cuir pour un étui qui, dès le départ, ne sentait pas bon, Dovi fait passer son plaisir personnel avant sa grandeur ; c’est louable, mais dommage du point de vue de l’histoire.

Lire Aussi :  Nevers s’impose à Angoulême, qui reste bloqué dans la zone rouge

Que pouvons-nous espérer ? Pas grand-chose, après sa mauvaise fin de saison 2021 à la place de Franco Morbidelli. C’est bien, c’est ce qu’il nous a donné. Il a marqué 15 points en 14 courses disputées, soit une moyenne de 1,07 points par course. Le comble dans cette situation est qu’il n’a même pas autant dominé son coéquipier Darryn Rymwr, recrue de Moto3. Sur les six courses terminées, Dovizioso a été devant quatre fois. A la rigueur, ce n’est pas mieux. Une mauvaise position en 11e comme meilleur résultat (Darryn a réussi à atteindre le top 10 en Indonésie), et des week-ends désastreux comme l’Argentine (18e samedi, dernier de ceux qui se sont terminés dimanche) et l’Italie (dernier à se qualifier, 20e à la fin).

Sans réponses. Photo: Michelin Motorsport

Le Dovizioso naufragé a décidé de s’arrêter en milieu de saison dans l’indifférence la plus complète. Pire encore, les derniers tours de la future légende du MotoGP. Nous en reparlerons au cours de l’hiver – c’est arrivé … lors des tests pour OEM. Cal Crutchlowun an de plus, remplacez-le pour le mieux.

Lire Aussi :  Audrey McManiman veut en profiter avant une pause forcée

Est-ce la pire fin de carrière de tous les temps ? en tout cas c’est discutable. D’autres majors ont ce qu’il faut pour rivaliser, comme Freddie Spencer, qui voulait revenir en 1993 après quatre ans d’inactivité au plus haut niveau, sans succès. Pourtant, l’Américain s’est souvent blessé en fin de carrière, un fait qui joue en sa faveur dans ce débat. Kenny Roberts Jr., contraint de raccrocher à la 16e place du septième Grand Prix de la saison 2007 après de sérieuses disputes. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce débat parallèle dans les commentaires.

Conclusion:

Andrea Dovizioso n’aurait jamais dû accepter un tel défi, après tout ce qu’il a accompli en MotoGP. C’est une véritable erreur compte tenu de son expérience au plus haut niveau. À quoi un guidon à plein temps pourrait-il s’attendre sur un vélo sous-performant? Mystérieux. Son héritage est entaché, mais nous essaierons de nous convaincre que cette “saison” de Dovizioso n’était qu’une illusion, un miracle. D’ailleurs, de quoi parle-t-on ? Tout le monde sait qu’il s’est arrêté sur la Desmosedici à Portimão en 2020.

Qu’avez-vous pensé de sa campagne ? Dites le nous dans les commentaires!

Dovizioso Fernandez Bradl Nakagami Gardner

Pas en place. Photo: Michelin Motorsport

Photo de couverture : Michelin Motorsport



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button