Paul El Kharrat : ses confidences sur ses capacités mentales “pas toujours simples à gérer”

Paul El Kharrat était l’invité de l’émission C à Vous ce jeudi 17 novembre. Le jeune homme a dévoilé ses sentiments émotionnels, toujours difficiles à contrôler pour lui.

Le 29 avril 2019, les téléspectateurs découvraient Paul El-Kharrat. Étant le deuxième grand maître de l’époque, l’élève a été très apprécié par Jean-Luc Reichmann et sa carrière a été très longue. Le jeune homme, qui n’a que 23 ans, s’est réuni principalement en raison de sa personnalité, de ses connaissances et de sa différence : Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger. L’invité de l’émission C à Vous du jeudi 17 novembre a révélé que son quotidien n’était pas simple à gérer. “Votre monde est une bibliothèque», commence Anne-Elisabeth Lemoine avant d’ajouter : «Vous obtiendrez toutes les informations sur tous les sujets que vous connaissez“. A quoi le proviseur répond : “Il y a des choses qui passent devant mes yeux et j’oublie… Si je gagne. Je veux enregistrer des informations au fur et à mesure que je les mémorise. Ce que je lis, je le garde bien». Cependant, le responsable de France 5 explique que cette hypermnésie est «pas toujours un cadeau“. Paul El Kharrat confirme son propos en ajoutant : “On se dit que j’ai un cerveau spécial, je mémorise beaucoup et les gens aimeraient avoir mon cerveau mais ils ne réalisent pas à quel point il fait noir« Un discours très touchant.

Lire Aussi :  "Mon vagin a quadruplé de volume" : une ex-candidate de télé-réalité révèle les conséquences d'une opération

Paul El Kharrat a surpris les téléspectateurs de TF1 par son incroyable savoir. S’il est jaloux, une personne sensible fera en sorte que son quotidien soit très difficile. “Le plus grand défi est de se souvenir des choses qui sont aussi mauvaises que possible.», a-t-il déclaré avant d’ajouter : «Je veux l’oublier mais je ne peux pas et ces choses qui me tourmentent et me conduisent une sorte de dépression chronique… C’est dur à vivre et à supporter“. Si le garçon garde tout ce qu’il voit, il annonce que “des choses qui tombent dans l’oubli et ne méritent jamais. Il y a pire que la mort, il y a l’oubli et il y a des choses que j’ai envie d’oublier mais qui restent dans ma tête”. Après avoir reçu un diagnostic d’aspersion à l’âge de 16 ans, Paul El Kharrat assure qu’il aurait dû l’utiliser pendant toutes ces années mais ce n’est pas le cas. “Je dois me dire que c’est normal mais non, je suis toujours étonné de la puissance de la mémoire lorsqu’elle est testée.“, il dit.

Lire Aussi :  Nouvelles Voix - "On a besoin de nouvelles vies, avec des emplois qui nous font rêver"

Paul El Kharrat : comment a-t-il été diagnostiqué Asperger ?

Sur le plateau de l’émission, Paul El Kharrat enchaîne les confidences. “C’est votre grand-père qui a parlé de votre maladie. Il regardait une émission de télévision et pensait que ça ressemblait à toi“, a introduit Pierre Lescure. Ce que l’entraîneur-chef a expliqué : “Ils se demandent pourquoi je ne peux pas être porteur d’autisme. Il me ressemble ma force, ma mémoire, être dehors, atypique par rapport aux autres…“. Des maladies que les psychologues n’avaient pas encore reconnues.”Ils ne pouvaient rien me dire si ce n’est que j’étais tout à fait “normal” et que mes parents n’avaient pas à s’inquiéter, que j’étais un jeune enfant plein de vie qui n’attendait que de grandir et grandir”. continua le garçon avant d’ajouter : “C’était comme ça, mais je suis resté seul“Aujourd’hui, il raconte son histoire dans un livre intitulé Bienvenue dans mon monde. Moi Paul, spray autiste.

Lire Aussi :  Censé célébrer la créativité britannique, le Festival du Brexit fait un flop

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button