Pollution des eaux au Mali: un expert international propose des solutions

Les ressources en eau disponibles au Mali sont estimées entre 6 000 et 15 000 mètres cubes par habitant chaque année, mais cette eau est menacée par le changement climatique et la pollution de l’environnement. », a menacé le professeur Amadou Hama Maïga, 66 ans, expert international en hydraulique et assainissement du milieu. C’était lors d’une rencontre organisée le samedi 29 octobre par l’Académie des sciences du Mali. Le professeur Amadou Maïga est l’auteur de plus de 70 articles et 200 communications scientifiques sur l’innovation technologique pour améliorer la gestion de l’eau et l’accès à l’eau potable.

Les ordures ménagères sont la principale source de pollution des ressources en eau au Mali | Professeur Amadou Maïga H.

source de pollution…

Selon l’expert, les sources de pollution de l’eau au Mali sont très répandues. Elles sont ” d’origine locale tels que, l’eau sale, les matières fécales et mauvaise gestion des déchets solides, ou à caractère industriel et artistique.

Les intrants agricoles qui ne sont pas bien contrôlés et utilisés sans précaution ni surveillance ou traitement de l’or par l’utilisation de produits chimiques dangereux tels que le mercure et le cyanure rendent également l’eau au Mali vulnérable.

Lire Aussi :  le président dissout le Parlement, qui le destitue dans la foulée

Plus que ça, ” pluies irrégulières ainsi que l’érosion hydrique et éolienne engendre une incertitude sur les ressources en eau. Cependant, insiste l’expert, Les ordures ménagères sont la principale source de pollution des ressources en eau au Mali “.

… pour les pollueurs, les pollués

Dans presque toutes les villes du Mali, l’eau en sachet est vendue dans les commerces, les restaurants ou par des petites filles avec de petites assiettes sur la tête au bord de la route. Ces sacs d’eau “sont de qualité douteuse”, explique le professeur Hama Maïga car cette eau n’est pas contrôlée pour être conforme à la loi. Pire, l’expert s’est interrogé sur la qualité de l’eau fournie aux habitants par la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP).

Lire Aussi :  Macron lance un « laboratoire » international

Plus de la moitié des 90 installations exploitées par la SOMAGEP soit n’ont pas de système de traitement, soit le système est inadéquat ou inefficace pour la pollution de l’environnement. a annoncé le Pr Hama Maïga.

Que faire?

Gestion des eaux usées et excréta à Bamako et dans les centres urbains : ” la seule option viable est la création de réseaux d’égouts et le traitement dans des stations d’épuration “.

Lire Aussi :  Institut Paul Bocuse : Transmettre l'excellence

En dehors de Bamako, les méthodes de construction des réservoirs d’eaux usées et des latrines doivent être normalisées et légiférées.

Selon l’expert, la gestion de la pollution de l’eau au Mali doit renforcer l’indépendance et les méthodes des institutions qui gèrent le contrôle afin d’acquérir la capacité de gérer les méthodes et les protocoles de contrôle de la pollution de l’environnement. Et enfin, “ les produits de traitement de l’eau mis sur le marché doivent être réglementés par le parlementaire et l’eau vendue sous emballage doit faire l’objet d’un processus continu de contrôle permanent. “.

Mardochée Boli

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button