quatre ans de prison requis pour un restaurateur de films après un incendie mortel

Deux personnes sont mortes dans un incendie dans un immeuble de huit étages à Vincennes, en août 2020. Des bobines étaient entreposées sans autorisation au sous-sol de l’immeuble.

Quatre ans de prison, dont trois avec sursis, ont été requis mardi par le parquet de Créteil contre Serge Bromberg, célèbre restaurateur de films, qui a tenté un incendie mortel à cause des bobines de nitrate qu’il gardait sous la maison.

Stockés sans autorisation dans le sous-sol d’une résidence de huit pièces à Vincennes (Val-de-Marne), ces anciens écrans de cinéma, hautement inflammables, ont pris feu dans la nuit du 10 août 2020, en pleine chaleur.

Un mort a été brûlé vif

Bien que de nombreuses personnes soient en vacances à l’époque, la tragédie a tué deux personnes. Le premier, englouti par les flammes, s’est jeté du 4e étage, l’autre a été brûlé vif.

La fille de la dernière victime s’est présentée mardi à la barre. “Ces douleurs seront enregistrées à vie, nous ne pouvons pas pleurer car leur mort était évitable”, dit-il, la voix tendue.

Il a ajouté : « Il est mort dans des conditions insupportables et incroyables.

Condamné pour homicide involontaire et atteinte intentionnelle et mise en danger d’autrui, l’ancien directeur artistique du Festival du film d’animation d’Annecy ne renie pas son rôle. Dans cette pièce, il gardait ses bobines et celles de sa société Lobster Films, qui travaille à la sauvegarde, la restauration et la diffusion de films anciens.

Lire Aussi :  Christine and the Queens explique l'origine de son nouveau nom de scène, Redcar

Le “mur de feu” a fondu en 30 minutes

Les films de nitrate, qui doivent être conservés au réfrigérateur, sont stockés dans une pièce sans alarme incendie. Malgré l’été chaud, les climatiseurs n’avaient pas été allumés depuis 1998… quand les voisins voulaient les éteindre à cause du bruit.

Il y avait un « mur de feu » dans la pièce. Lorsqu’il s’est enflammé, il a fondu en trente minutes.

Les enquêteurs ont constaté qu’au moment de l’incendie, la salle était remplie de 1 364 à 1 935 bobines, soit 2,5 à 3,6 tonnes. L’adversaire calcule différemment : 965 rouleaux, 970 kilos. “C’est vrai, pas faux”, a-t-il déclaré dans la préparation.

“Le lieu était un entrepôt, il n’était conçu que pour contenir quelques bobines avant d’aller au CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée)”, se défend Serge Bromberg.

Un grand spécialiste

Considéré comme un maître du patrimoine cinématographique, le producteur était bien conscient des dangers liés à la conservation des bobines.

Lire Aussi :  Quinté PMU - Pronostic du PRIX CEREALISTE 29 oct. 2022

Au fil des ans, il a démontré sur scène la combustion des nitrates en éclairant le film, devant un public captivé. Le spectacle s’appelle “Flame Return”. Un exemple qui rend les choses insupportables pour les partis de gouvernement.

“Mon client a d’abord pensé qu’il était un peu fou, quelqu’un qui avait arrêté de marcher”, plaide Me Missiva Chermak-Felonneau au nom d’un couple qui habite le studio au-dessus de la chambre.

Mais quand ils ont appris que la personne qui avait mis le feu était un expert, un expert reconnu, cela les a beaucoup blessés.

Même après s’être rendu compte d’une “grosse erreur d’appréciation”, d’une “faute” et d’une “négligence” de sa part, le plaignant, 61 ans, estime que la CNC était chargée de restaurer et de préserver son acier. “Je n’ai jamais refusé au CNC de revenir”, a confirmé le dirigeant.

Lire Aussi :  La toile « White Disaster », d’Andy Warhol, vendue 85 millions de dollars aux enchères

« Que la campagne, la ferme inutilisée, puisse être utilisée, cela ne vous a-t-il pas traversé l’esprit ? demande le président du tribunal. “La quantité de nitrates doit être très faible”, répond Serge Bromberg.

Le prix est de 150 000 euros

Ses objections n’ont pas ébranlé le procureur qui a requis une peine de quatre ans de prison, dont trois avec sursis. Egalement une amende de 150 000 euros contre sa société.

“Il n’y a pas de mort : tous les ingrédients étaient réunis pour qu’un tel événement se produise”, dit-il, estimant que cet incendie “est le résultat de toutes ses actions, qu’il a abandonnées pour suivre la loi”

L’étage sera sécurisé mercredi matin.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button