quelles communes sont concernées dans le Sud-Ouest ?

Pourquoi rendre les vêtements d’hiver obligatoires ?

Avec cette mesure, la Sécurité routière veut limiter les accidents de voiture sur les routes enneigées ou verglacées, où la conduite comporte certains risques. De plus, les zones respectives présentent un danger supplémentaire pour leurs routes de montagne. Dans son rapport sur le taux d’accidents de 2021, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière a constaté que les zones de montagne avaient le deuxième taux de mortalité par million d’habitants le plus élevé toutes saisons confondues.

Lire Aussi :  Deux enfants tués dans un incendie en Aveyron : victimes, réactions... ce que l'on sait du terrible drame survenu ce samedi

Il s’agit également d’éviter la création d’obstacles roulants de véhicules immobilisés, car ils n’en sont pas équipés.

Quelles communes sont concernées ?

Au total, la nouvelle obligation d’équipement s’applique à 4 173 communes situées dans les Pyrénées, le Massif Central, les Alpes, le Massif du Jura et le Massif des Vosges, notamment sur l’ensemble des routes du Cantal, de la Haute-Loire, de la Lozère. Savoie, Haute-Savoie et Hautes-Alpes.

Une trentaine de communes de Nouvelle-Aquitaine, des Pyrénées-Atlantiques sont concernées.

Lire Aussi :  Tunisie-France : après son raté, TF1 demande des explications à la Fifa

Communes du sud-ouest : Accous, Alçay-Alçabéhéty-Sunharette, Arette, Arnéguy, Aussurucq, Behorléguy, Béost, Bielle, Bilhères, Borce, This-Eygun, Eaux-Bonnes, Esterencuby, Etsaut, Gère-Bélesten, Lacarrithande-Lacardeut, Lanne-en-Baretous , Larrau, Laruns, Lecumberry, Lees-Athas, Lescun, Mendive, Osse-en-Aspe, Sainte-Engrace, Saint-Michel, Uxart-Cize, Urdos.

Si la voiture n’est pas équipée, les autorités l’autoriseront-elles ?

Cette année, les utilisateurs ne seront pas condamnés à une amende s’ils sont pris panne d’équipement. “Il est important de laisser aux usagers le temps de s’habituer, ce n’est pas une mesure répressive”, a déclaré un porte-parole du ministère des Transports. 2022 marquera le deuxième hiver de cette directive, et les sanctions “minimales” ne s’appliqueront qu’à la fin de l’année. Seules des opérations “pédagogiques” préalablement organisées seront menées pour sensibiliser le public. Le gouvernement n’a pas parlé de la situation en janvier 2023. Des panneaux de montagne, de valise, de chaîne et de pneu indiquent les entrées et les sorties des zones soumises à des ordonnances.

Lire Aussi :  une cyberattaque cible l'hôpital André-Mignot, les urgences quasiment fermées

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button