Rachat de Twitter : Elon Musk licencie à tour de bras et accuse des activistes d’avoir fait chuter le chiffre d’affaireso

Twitter a lancé vendredi un vaste plan de licenciement après avoir annoncé aux employés qu’ils seraient informés par e-mail dans la journée de leur avenir avec l’entreprise et fermé temporairement ses bureaux.

Cette décision fait suite à une semaine d’incertitude quant à l’avenir du groupe sous la direction du nouveau propriétaire Elon Musk.

Le milliardaire a affirmé vendredi que le réseau social avait subi une baisse “massive” de son trafic en raison des pressions des “militants” sur les annonceurs. “Pour remettre Twitter sur les rails, nous devrons entamer vendredi un processus difficile de réduction de nos effectifs”, indique l’e-mail vu par Reuters.

L’entreprise n’a pas indiqué l’ampleur des suppressions d’emplois prévues, mais selon les plans internes examinés par Reuters cette semaine, Elon Musk cherche à réduire drastiquement les coûts et à imposer une nouvelle “éthique du travail” en supprimant environ 3 700 emplois, soit environ la moitié de la main-d’oeuvre.

Lire Aussi :  Une entreprise liée aux conservateurs impliquée dans des campagnes "secrètes" en Afrique - Guardian

Twitter n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Elon Musk a demandé aux équipes de Twitter de trouver jusqu’à 1 milliard de dollars (environ un milliard d’euros) par an d’économies d’infrastructures, selon deux sources proches du dossier, ainsi qu’un échange via la messagerie professionnelle interne Slack, que Reuters a pu lis.

Le président américain Joe Biden a déclaré vendredi qu’Elon Musk avait acheté une plateforme qui diffuse de fausses informations dans le monde entier. « Pourquoi sommes-nous inquiets ? » Elon Musk rachète une plateforme qui envoie, qui déverse des mensonges dans le monde entier (…) Plus d’éditeurs aux USA. Plus d’éditeurs Comment peut-on s’attendre à ce que les jeunes comprennent les enjeux d’aujourd’hui ?

Chaos et incertitude

Un recours collectif a été déposé jeudi devant un tribunal de San Francisco contre Twitter par ses employés, qui affirment que le groupe licencie des employés sans fournir le préavis de 60 jours requis, ce qui viole les lois fédérales et californiennes. Le réseau social a également expliqué dans l’e-mail que ses bureaux seront temporairement fermés et que les badges d’accès seront désactivés afin “d’assurer la sécurité de chaque employé, ainsi que des systèmes Twitter et des données clients”.

Lire Aussi :  Économie | La Cravate Solidaire Marseille récolte 82 kg de vêtements pour les personnes en réinsertion professionnelle

Les bureaux du groupe à Piccadilly Circus, à Londres, sont apparus déserts vendredi, sans aucun employé en vue. À l’intérieur, toutes les preuves que le géant des médias sociaux ait jamais occupé le bâtiment ont été effacées.

Le personnel de sécurité a déclaré que des rénovations étaient en cours, refusant de commenter davantage. Le personnel a tweeté qu’ils n’avaient pas accès au système informatique du groupe et craignent que cela ne suggère qu’ils soient licenciés.

Lire Aussi :  inquiète, l'Arcom (ex-CSA) demande des comptes à Twitter

La première semaine de Musk en tant que propriétaire de Twitter a été marquée par le chaos et la spéculation. Le milliardaire ne s’est pas adressé au staff et n’a pas présenté ses projets pour l’avenir du groupe.

Le personnel essaie de rechercher des indices sur leur sort dans ses tweets et ceux de ses conseillers, ont déclaré plusieurs membres du personnel.

Il est actuellement interdit aux chefs d’équipe de convoquer des réunions ou de communiquer directement avec le personnel, a déclaré un haut responsable sur Twitter.

Les employés ont en grande partie cessé de publier sur la messagerie interne de travail Slack par crainte de représailles de leurs nouveaux patrons. (

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button