Robert De Niro : Les Affranchis, Casino, Heat… voici la liste de ses 10 meilleurs films

Le monument du cinéma américain, Robert De Niro, qui fêtera ses 80 ans le 17 août 2023, a un film intéressant. Voici une liste de ses 10 meilleurs films selon les critiques.

Il est l’un des plus grands acteurs du cinéma américain. L’acteur Robert de Niro a une filmographie intéressante. CNEWS s’est toutefois abstenu de publier une liste (suivante) des 10 meilleurs films de sa carrière.

Rues moyennes (1973)

Le film marque la première collaboration entre l’acteur et Martin Scorsese. Robert De Niro partage cette photo avec Harvey Keitel dans le film où il incarne Charlie et Johnny Boy, deux jeunes hommes de Little Italy, New York, qui tentent de rejoindre la mafia locale. Le comportement du joueur ne cesse d’agacer son ami, et il se met constamment en danger en empruntant de l’argent à ses employeurs, en ne les remboursant pas et en les insultant ouvertement. Une histoire qui se termine inévitablement par un meurtre.

Casino (1995)

Avec Martin Scorsese derrière la caméra, Robert De Niro incarne avec brio Sam “Ace” Rothstein, un gangster qui, avec l’aide de son ami d’enfance Nick Santoro, dirige d’une main de fer l’hôtel casino de Tanger. , l’un des endroits les plus branchés de Las Vegas. Mais sa rencontre avec la reine de la tromperie, Ginger McKenna, aussi séduisante que magique, entraînera sa chute. Inspiré de l’histoire vraie d’un mafieux du nom de Frank Rosenthal, “Casino” reste, malgré quelques erreurs, l’un des points définitifs de la filmographie de l’acteur.

Chaleur (1995)

Le premier face-à-face entre Robert De Niro et Al Pacino tient toutes ses promesses dans le film réalisé par Michael Mann (tous deux joués dans “Le Parrain II”, mais sans partager la scène, ndlr). L’acteur incarne Neil McCauley, le leader charismatique d’une bande de braqueurs poursuivis par l’inspecteur Vincent Hanna après qu’une attaque contre une voiture blindée a mal tourné. Mettant également en vedette Val Kilmer, Jon Voight et Tom Sizemore au générique, “Heat” s’est imposé comme un classique du genre.

Il était une fois en Amérique (1984)

Le dernier film du réalisateur Sergio Leone, “Il était une fois en Amérique” est resté longtemps dans un format limité qui rendait difficile la compréhension de la plupart du “Director’s cut” sorti en 1994 (pour 221 minutes, De toute façon). ) est venu restaurer sa place d’œuvre principale du 7 art. L’histoire suit la relation entre deux gangsters, Max et Noodles, au fil des ans. Des activités à petite échelle dans le ghetto de New York dans les années 1920 à la fin des années 1960, les spectateurs sont transportés dans cette histoire extraordinaire.

Le Parrain – Partie 2 (1974)

Je ne peux pas mettre “Le Parrain” sur cette liste. La trilogie de Francis Ford Coppola est un chef-d’œuvre cinématographique. Et dans le deuxième volet réalisé en 1974, Robert De Niro confirme son rôle d’étoile montante à Hollywood en incarnant Vito Corleone – le personnage de Marlon Brando dans le premier opus – dans sa jeunesse. La performance de l’acteur lui vaudra à coup sûr l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle l’année suivante.

L’Irlandais (2019)

Moqué pour sa longueur (209 minutes), “The Irishman” a réuni Robert De Niro et le réalisateur Martin Scorsese. Mais aussi avec Joe Pesci, Al Pacino ou encore Harvey Keitel pour lui apporter une réponse. L’acteur livre l’une de ses meilleures interprétations dans ce film sombre qui utilise des surprises spéciales pour donner vie à ses personnages. Il suit le parcours pluriannuel de Frank Sheeran, son personnage, de chauffeur de camion à tueur à gages. “The Irishman” plonge au cœur de la mafia en dévoilant son fonctionnement, ses combats internes et son lien avec le monde politique.

Voyage au bout de l’enfer (1978)

Peu de films sur la guerre du Vietnam et ses effets sur les survivants sont aussi puissants que “Journey to the End of Hell”. Ce joyau de Michael Cimino suit la manière dont ce conflit va perturber la vie des habitants d’une petite ville industrielle de Pennsylvanie. Si le film a été critiqué pour son traitement du peuple vietnamien (et pour ses fameuses scènes de roulette russe), c’est une grande œuvre du cinéma américain qui a reçu l’Oscar du meilleur film en 1979.

Le Taureau (1980)

Réalisé par Martin Scorsese, “Raging Bull” permettra à Robert De Niro de remporter l’Oscar du meilleur acteur dans ce jeu étonnant dans la peau de Jake LaMotta qui a été contraint de changer de corps d’une étrange manière. L’acteur attire l’attention avec sa méthode de combinaison de celui qui s’appelait “Bronx Bull”, parvenant à redonner toute la fureur qu’était devenu cet ancien champion à l’extérieur et dans le ring.

Les Affranchis (1990)

Martin Scorsese, toujours lui-même, signe peut-être avec “Les Affranchis” le plus grand film de tous les temps. Ray Liotta incarne Henry Hill, un homme vivant à Brooklyn dans les années 1950 qui a toujours rêvé d’être un gangster. Ce qu’il est capable de faire après avoir reçu le respect du parrain local, Paul Cicéron, refuse de bouger sur ce qu’il suit. Robert De Niro joue Jimmy Conway, un criminel qui devient son mentor, tandis que Joe Pesci est Tommy DeVito, un homme imprévisible, dangereux et impulsif.

Chauffeur de taxi (1976)

“C’est à moi que tu parles?”. Cette image de Travis Bickle, interprété par Robert De Niro dans “Taxi Driver”, est devenue une figure culte qui a traversé les générations jusqu’à ce jour. La performance de l’acteur dans la peau d’un vétéran de la guerre du Vietnam devenu chauffeur de taxi force le respect. La plupart du temps, ils conduisent la nuit, ils sont exposés à la violence de la rue. Ce qui n’est pas lié à une bonne santé mentale. Lorsque l’occasion se présente de libérer une jeune prostituée de ses proxénètes, Travis n’hésite pas une seconde. Le film est réalisé par… Martin Scorsese, dont le travail a reçu la Palme d’Or au Festival de Cannes en 1976.

BONUS : BRÉSIL (1985)

Réalisé par Terry Gilliam en 1985, “Brazil” est un film dystopique dans lequel Robert De Niro interprète l’un des seconds rôles, celui de Harry Tuttle, un plombier contestataire qui vient prêter main forte au personnage principal, Sam Lowry (joué par Jonathan Pryce), tandis que ces derniers souffrent dans un monde autoritaire et oppressant. Action aussi inattendue qu’amusante dans le joyau cinématographique d’aujourd’hui.

Source

Lire Aussi :  Vikings : qu'est-il arrivé à Travis Fimmel depuis qu'il a quitté la série ? - News Séries

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button