Seine-et-Marne : ce para grimpeur prépare les championnats de France dans cette ville

De dos, Aurélien Cirotte au dernier Championnat de France, Troyes.
Aurélien Cirotte lors du dernier Championnat de France, à Troyes. ©Julien Le Roch / Club Devers Troyes

L’augmenter se pratique en se balançant de poignée en poignée. Physiquement affaibli La vie d’Aurélien Cirotte « en équilibre » grâce à sa jambe la joie et la douleur de l’escalade. “Le sien limiter le toucher du pied à mi-mollet.

Depuis son plus jeune âge et l’apparition de douleurs il y a 33 ans, l’homme est désormais âgé 41 ans vit sous la forme de thérapie par la grâce à lui des sports. Cependant, au fil des années, la douleur a augmenté. Les raisons? « L’âge, la nature du problème et le sport. Cependant, les médecins lui ont expliqué que son état se serait aggravé si le sport n’était pas entré dans sa vie. « Grâce au sport, je peux contracter mes mollets. »

Lire Aussi :  Changement de direction chez BlackRock France

Escalade reste encorel’un des rares sports cette Un grimpeur de Meaux peut pratiquer “Parfois, j’ai envie de courir, mais ça me fait trop mal quand je le fais. Et si je fais du VTT, je dois m’asseoir sur le chemin du retour. »

En raison de la concurrence, ils se sont réconciliés avec la douleur

Selon les jours, Aurélien vit avec trois niveaux de douleur : « Normale, presque inoubliable ; la deuxième est inoubliable ; avec la troisième j’ai besoin d’une canne, je sens que je n’ai ni tonus musculaire ni toucher, tout est flou. »

Lire Aussi :  Meurtre de Lola : Friha, la sœur de la suspecte Dahbia B., en attente d’expulsion

Un graphiste de Warreddes, St. Souplets, qui pratique l’escalade depuis l’âge de six ans, était initialement réticent à concourir. “En regardant l’histoire, je ne me suis jamais senti handicapé. L’escalade a entraîné mon handicap, puis les compétitions m’ont réconcilié avec la douleur. »

Avec l’aide d’un coach spirituel, d’un coach sportif personnel et de plusieurs pratiquants, Aurélien a découvert le premier championnat de France de para-escalade il y a dix ans, en 2012-2013. Il participe au tournoi des valides en même temps, mais comme une cinquantaine de paraathlètes ou plus, il n’a qu’un seul défi, réunissant toutes les catégories : le défi. Membre de la catégorie RP3 (force ou stabilité restreinte), le grimpeur du Meldois fait partie des six meilleurs Français. Il se prépare pour le prochain concours national en mars 2023.

Lire Aussi :  avec la fin du plan d'investissements, l'heure du bilan en Isère

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre La Marne dans Mes Actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button