Sous pression de l’extrême droite, la Fnac retire de la vente un jeu d’un site antifasciste

Après avoir été interpellée par le syndicat des commissaires et quelques infirmières autorisées, l’entreprise a retiré de son site un jeu de cartes publié par Libertalia Publications, qui offrait aux joueurs la possibilité d’animer un groupe antifasciste fictif.

Disponible à la vente le 10 novembre Antifa, le jeu, ce dimanche soir n’était plus disponible sur le site de la Fnac. L’entreprise, citée sur les réseaux sociaux par le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) et quelques élus du Rassemblement national, a décidé de “faire tout ce qu’il faut” pour que le produit ne soit plus disponible.

Antifa, le jeu, est un jeu de cartes créé par “La Horde”, un site antifasciste. « Initialement utilisé comme outil d’entraînement pendant plus de deux ans, le jeu est finalement sorti en septembre 2021 par Libertalia Editions », peut-on lire sur le site de La Horde.

« Ce ‘jeu’ est en vente à la Fnac. a condamné le SCPN.

“Nous comprenons que la commercialisation de ce ‘jeu’ ait pu offenser une partie de notre public.” Nous faisons tout le nécessaire pour qu’elle ne soit plus disponible dans les prochaines heures”, a indiqué le compte Twitter officiel de la société.

Lire Aussi :  Que vont devenir les 20 268 cryptos si Bitcoin rechute ?

“Tu n’as pas honte ?”

Si la Fnac répondait publiquement à la SCPN cette semaine, l’extrême droite serait la première à se mobiliser sur les réseaux sociaux pour critiquer le jeu de cartes. Et notamment Grégoire de Furnas, député du RN qui a été exclu de l’Assemblée nationale parce qu’il a créé une vive polémique dans l’hémicycle en répondant à Carlos Martins Bilongo, député de LFI.

Lire Aussi :  VRAI OU FAUX. McDonald's peut-il vraiment géolocaliser sa vaisselle volée ?

« Case 1 : « Je bloque une université » ; Encadré 2 : « J’ai tabassé un militant d’extrême droite » ; Encadré 3 : « J’attaque une réunion RN » ; Encadré 4 : “Je lance un cocktail Molotov sur les CRS”, a tweeté vendredi le député girondin en demandant : “La Fnac, vous n’avez pas honte ?”

“Pour honorer les antifa, ces groupes haineux qui ne connaissent que la violence pour attaquer notre démocratie et ce qui nous est le plus cher dans notre pays… Absolument scandaleux !” abondait son collègue R.N. Victor Caton.

Lire Aussi :  que prévoit votre assurance en cas de dommages dans votre foyer?

La Fnac critique son catalogue

Sur Twitter, l’association Action Antifasciste Paris-Banlieue a critiqué la censure de la Fnac et interpellé l’entreprise, puisque son site propose également, en rayon littérature, Le grand échange par Renault Camus. Le texte qui a inspiré le terroriste de Christchurch en 2019.

“Vous vendez ce ‘livre’ qui a inspiré Brenton Tarrant à commettre une fusillade raciste en Nouvelle-Zélande, allez-vous aussi le censurer?” demande l’organisation antifasciste.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button