Test Bose Frames Soprano : des lunettes audio pour une écoute d’appoint

La remarque peut sembler évidente, mais précisons le point de départ : du fait de la nature très particulière des lunettes audio, nous mesurons l’expérience d’écoute que nous proposons en prenant en compte les spécificités de ce produit. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à la même expérience qu’avec des écouteurs mobiles traditionnels ou même avec des écouteurs à conduction osseuse, bien qu’ici on ne soit pas loin du résultat habituel de ces derniers….

Le Bose Frames Soprano n’impressionne clairement pas par sa restitution sonore. Malgré le bon équilibre relatif du son, en tout cas une certaine homogénéité dans la restitution, il ne faut évidemment pas s’attendre à être dans une position convenable pour apprécier sa musique. La signature sonore est avant tout adaptée à la reproduction des voix et aux contenus vocaux en général (diffusion radio, podcast, etc.), avec un certain respect de leurs couleurs et une intelligibilité garantie.

Lire Aussi :  découverte de deux « mondes aquatiques »

En dehors de cet exercice, le Frames Soprano se retrouve vite en défaut, d’abord du fait de l’absence flagrante de grave/aigu extrême, donnant un son assez étriqué et peu impressionnant, qui est d’ailleurs dans l’absence totale d’isolation sonore (ce qui est certainement le objectif de ce type de produit). Du coup, on se retrouve presque obligé de monter le volume pour capter le maximum d’informations, au risque de chatouiller vos voisins de bureau ou de transit, tant la forte directivité des enceintes a ses limites. ..

Lire Aussi :  Test Écran 144 Hz HP Omen 27u : le design et la qualité d'image

Pour ne rien arranger, le niveau de précision est très moyen, pour ne pas dire mauvais lorsque le contenu devient un peu trop riche en sources à jouer. Un effet double-kiss cool, la puissance est très limitée et la dynamique du signal s’affaiblit à mesure que le volume augmente, avec en prime des effets de pompage laids.

D’un strict point de vue performances audio brutes (confort d’écoute et confort d’utilisation étant des points distincts), on voit donc mal ce qui conduirait à choisir ce modèle de lunettes plutôt qu’un casque à conduction osseuse. Même si l’on tient compte de la petite taille des haut-parleurs intégrés dans les branches des lunettes, on s’attendait au moins à une extension plus généreuse dans le grave, ce que les Frames Soprano ne peuvent pas fournir. Un résultat d’autant plus décevant quand on sait que leurs consoeurs, les Frames Tempo, le gèrent avec une grande efficacité… A réserver à des écoutes supplémentaires ponctuelles, essentiellement pour du contenu vocal.

Lire Aussi :  Les microscopes télécommandés apportent une formation complexe en biologie aux étudiants du monde entier

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button