Un livret d’épargne pour soutenir l’économie sociale et solidaire

Deux bougies soufflées, discrètement. À partir de 1euh Octobre 2020, les titulaires d’un livret de développement durable et solidaire (LDDS) peuvent faire un don à une structure d’économie sociale et solidaire (ESS) ou à une utilité sociale directement depuis ce livret. Il ne s’agit pas de partager tout ou partie des intérêts reçus, mais de donner une partie du capital déposé. L’épargnant peut déduire 66% ou 75% de son don de l’impôt sur le revenu (selon l’association soutenue).

Après un galop d’essai en 2020, 2021 s’est soldée par une récolte limitée : 2 800 dons ont été réalisés pour un total de 1,5 million d’euros, selon le rapport annuel sur l’épargne réglementée. Une goutte d’eau dans l’océan, compte tenu du carnet de commandes total de LDDS, qui s’élevait à 126,2 milliards fin 2021. “Ce dispositif solidaire a le mérite de permettre de sensibiliser 24,5 millions d’épargnants au financement solidaire, qui de surcroît reste confidentiel.”note Frédéric Thibergien, président de l’association FAIR, qui souhaite élargir le mécanisme de donation du Livret A.

Lire Aussi :  Des entreprises épinglées pour non-respect des critères du « Made in France »

Les banques doivent présenter une liste d’au moins dix structures bénéficiaires auxquelles leurs clients peuvent faire un don depuis leur LDDS. “Ce système nous permet d’être connu des clients de la banque qui n’ont pas de livret à partager [des livrets permettant de donner à des associations tout ou partie de ses intérêts]comme BNP Paribas ou Crédit Agricolese réjouit Lydie Crépet, directrice du développement des ressources financières chez Habitat et Humanisme. Et les dons qui sont exclus de l’exécution des livres, ne seront pas sensibles aux variations de rémunération, ce sera un facteur de stabilité. »

« La forte hausse du rendement de l’épargne réglementée est une bonne nouvelle pour les épargnants et les associations. » Imad Thabet, de la Coopérative de Crédit

La Banque Postale, le Crédit Coopératif et la Société Générale vont plus loin. Ces entreprises proposaient déjà à leurs clients, avant l’entrée en vigueur du dispositif de régulation des dons LDDS, de partager les intérêts de leur Livret A ou de leur LDDS avec une association, elles transforment en quelque sorte automatiquement les comptes d’épargne réglementés en actions.

Lire Aussi :  "Les fichiers Twitter" montrent le débat interne de l'entreprise sur la façon de gérer l'histoire de l'ordinateur portable de Hunter Biden

A la Société Générale, les clients adhérents au service d’épargne solidaire ont fait don de 280 000 euros aux associations d’usagers en 2021 en partageant les intérêts de leur Livret A, LDDS, Livret Jeune ou livret d’épargne. C’est plus de 124 000 euros de dons comptabilisés grâce à LDDS au sein du dispositif judiciaire.

Lire Aussi :  Google maps : voici comment flouter sa maison sur Street View

Vous avez 33,79% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button