Wall Street termine proche de l’équilibre, les bons chiffres de l’emploi digérés

La façade de la Bourse de New York
La façade de la Bourse de New York (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP)

La bourse de New York a terminé proche de l’équilibre vendredi après avoir digéré de bons chiffres sur l’emploi qui avaient initialement soulevé des inquiétudes quant au resserrement de la politique monétaire américaine.

Le Dow Jones a gagné 0,10 %, tandis que le Nasdaq a perdu 0,18 % et que le S&P 500 au sens large a baissé de 0,12 %.

Wall Street a ouvert en flèche après avoir appris que l’économie américaine avait créé 263 000 emplois nets en novembre, bien au-dessus des 200 000 économistes attendus.

“Ces chiffres sont un signe que (la banque centrale américaine) n’est pas tirée d’affaire”, a déclaré Charlie Ripley d’Allianz Investment Management. “Nous prévoyons que le resserrement monétaire se poursuivra également l’année prochaine.”

“Le point qui a été particulièrement troublant pour le marché et la Fed est que le salaire moyen a augmenté au lieu de se stabiliser”, a déclaré Quincy Crosby de LPL Financial.

Le salaire moyen a en effet augmenté de 0,6 % en un mois, soit deux fois plus que prévu.

Lire Aussi :  Le futur « Conseil national du commerce » piloté par Thierry Mandon

Signe de la tension initiale sur le marché new-yorkais, les taux obligataires ont d’abord augmenté.

Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans a atteint 3,63 %, contre 3,50 % la veille, avant de chuter tout aussi brutalement à 3,46 %, son plus bas niveau depuis près de deux mois et demi.

Au fil des heures, les opérateurs ont revu leur appréciation et se sont finalement félicités de cette nouvelle d’un marché du travail toujours porteur, malgré une série de hausses de taux par la Fed et un début de ralentissement économique.

“Ce rapport est une évolution positive pour l’économie et donne du crédit à l’hypothèse selon laquelle la Fed pourrait réussir à amener l’économie américaine à un atterrissage en douceur”, a déclaré Peter Esele du Commonwealth Financial Network.

“Les investisseurs se rendent compte que le rythme des créations d’emplois continue de ralentir”, même s’il reste plus élevé que prévu, “ce qui donne à la Fed le luxe de continuer à relever les taux, à un rythme plus modéré”, a déclaré Quincy Crosby.

Lire Aussi :  Arista, pari bon marché sur le très haut débit

“Ce que nous recherchons maintenant, c’est la continuité du marché”, a-t-elle poursuivi, “pour savoir si cela peut tenir la semaine prochaine”.

“Avec l’économie (américaine) qui continue de bien performer, la reprise de fin d’année qui se dessine pourrait se transformer en élan en 2023”, selon Peter Esele.

La première impression des opérateurs après la publication du rapport sur l’emploi était très défavorable au secteur technologique, très dépendant des conditions de crédit pour financer sa croissance.

Mais cela a finalement limité la casse, et certaines grosses capitalisations comme Netflix (+1,09%) ou Microsoft (+0,13%) ont même fini dans le vert.

Dernièrement, Meta a brillé (+2,53% à 123,49 dollars), alors que le groupe exhortait vendredi les politiciens, les régulateurs et les élus à proposer un cadre réglementaire pour le métaverse, une priorité de son PDG, Mark Zuckerberg.

Tesla a également augmenté (+0,08% à 194,86 dollars), au lendemain de la livraison en fanfare jeudi de son premier camion électrique sur le site de l’une des usines du constructeur à Sparks, dans le Nevada.

Lire Aussi :  Cabinet princier, gouvernement, Conseil national, SBM, économie : le prince Albert II affiche ses ambitions

Son concurrent Nikola, qui a été le premier, fin 2021, à livrer des camions électriques, a fait mieux (+9,62% à 2,85$).

Dow Jones a réussi à clôturer positivement, grâce au soutien de plusieurs valeurs dites défensives, c’est-à-dire théoriquement moins sensibles à la conjoncture économique, comme Coca-Cola (+0,88%), Procter & Gamble (+0,91%) ou 3M ( +0,79 %).

Il a également profité du vol de l’avionneur Boeing (+4,03% à 182,87$), après la publication d’une information du Wall Street Journal selon laquelle la compagnie United Airlines va commander un certain nombre d’avions 787 Dreamliner.

Les actions chinoises cotées à Wall Street ont célébré vendredi le nouvel assouplissement des restrictions sanitaires dans plusieurs villes chinoises.

Parmi eux, les plateformes Alibaba (+5,22%) et JD.com (+5,00%), ainsi que le constructeur de véhicules électriques XPeng (+14,84%) ont été particulièrement sollicités.

  1. Nasdaq

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button